Le bébé royal de Kate & William arrive : 3 conseils d’un communicant roturier !

C’est peu dire que la naissance du bébé du prince William et de Kate Middleton, duchesse de Cambridge, a mis en ébullition médias et aficionados des têtes couronnées. Chacun y est allé de son commentaire à mesure que le compte à rebours final se réduisait. Au-delà de l’événement forcément historique pour le trône d’Angleterre, le nouveau-né constitue déjà un enjeu de communication pour la famille des Windsor. Petite et subjective revue de conseils d’un communicant « sans-culotte » français !

Il ou elle est loin de se douter qu’après avoir pointé sa frimousse de bambin royal, il ou elle sera déjà une personnalité du gotha mondain que les médias du monde entier vont s’arracher encore plus férocement que les ectoplasmes de la télé-réalité. A voir les hordes de journalistes, paparazzi et simples curieux anonymes camper devant l’hôpital où Kate Middleton accouchera, il apparaît évident que le palais de Buckingham va devoir accomplir une stratégie de communication sans fausse note s’il veut continuer à surfer sur cette ferveur quasi irrationnelle et accueillir dignement le nouveau-né au sang bleu royal.

Conseil n°1 : Maîtriser le tempo médiatique

Pression médiatique sans relâche pour le jeune couple !
Pression médiatique sans relâche pour le jeune couple !

C’est sans nul doute le défi le plus complexe pour l’entourage d’Elizabeth II et ses proches : ne pas se laisser déborder par les rumeurs, les supputations et allégations en tout genre qui vont immanquablement essaimer à la naissance de l’enfant. Aujourd’hui déjà, les reportages vont bon train sur les moindres aspects de l’arrivée du nouveau-né. Ainsi un garde du corps de Kate Middleton estime que vouloir résider dans une maison individuelle du quartier de Kensington au lieu du palais officiel n’est pas une bonne idée en termes de sécurité.

Ce genre de spéculations va inéluctablement se multiplier. C’est dans cette optique que la famille royale a déjà défini le timing qui régulera l’annonce de la naissance du bébé. Un aide de camp portera un bulletin officiel à en-tête du palais de Buckingham où seront mentionnés le sexe, le poids et l’heure de la naissance. Ce bulletin sera affiché sur un chevalet devant le bâtiment royal. Simultanément, un tweet sera diffusé avec les mêmes informations. Le prénom de l’enfant ne sera en revanche dévoilé qu’une semaine plus tard.

Si le processus de l’annonce est bien cadré, il est moins sûr que les sujets périphériques le soient autant. A cet égard, l’ouverture d’un site Web avec profils sociaux dédiés sera d’une grande utilité à l’instar de ce qui avait été fait pour le mariage de Kate et William en 2011. Ce site avait permis de garder la main sur les informations et les photos relatives aux jeunes tourtereaux. Sans doute est-ce déjà programmé puisque le site du mariage vient d’être désactivé depuis mai 2013. Faut-il s’attendre par conséquence à une version layette et couches culotte en ligne pour avoir la primeur d’un premier « areuh » royal qui serait viralisé ensuite en podcast sur les réseaux sociaux ?

Conseil n°2 : Jongler avec la symbolique protocolaire

Camilla mesurant le ventre de Kate ! Une forme d'adoubement royalo-médiatique
Camilla mesurant le ventre de Kate ! Une forme d’adoubement royalo-médiatique

C’est l’autre aspect du défi réputationnel qui attend les jeunes parents. D’ailleurs, chacun a immédiatement relevé que Kate Middleton avait choisi de donner naissance à son bébé dans la même clinique où Lady Diana avait accouché de William et Harry. Un choix qui est loin d’être anodin aux yeux du peuple britannique qui conserve une ferveur intacte envers cette princesse qui les a tant émus et passionnés. Dans le même registre et soucieux de distiller une image de modernité, il est prévu que le prince William soit présent en salle de travail et prenne ensuite un congé de paternité pour assister la jeune maman. On est loin du prince Philippe qui taquinait une raquette de squash pendant que son auguste épouse mettait au monde le prince Charles !

L’autre élément clé crucial sera évidemment le choix du prénom. L’enfant est issue d’une lignée royale plusieurs fois centenaire et empreinte d’une histoire intrinsèquement liée à la nation anglaise. S’il s’agit d’une fille, le choix de Victoria sera une référence explicite à la souveraine ayant le record de longévité de règne sur l’Angleterre. En revanche, si Alexandra est élue, cela constituera un clin d’œil appuyé à l’actuelle reine dont c’est le deuxième prénom. S’il s’agit d’un garçon, l’enjeu sera identique. En adoptant des prénoms comme Edouard ou Georges, la continuité patrimoniale est fortement signifiée. A contrario, l’option d’un prénom radicalement nouveau pourrait alors vouloir dire qu’une nouvelle ère de la royauté s’ouvre. Ira-t-on jusqu’au prénom Hashtag que les bookmakers ont osé inclure dans leurs paris ?

Conseil n°3 : Dépoussiérer l’institution

Les chaussons Union Jack écolos du Prince Charles en vente sur son site !
Les chaussons Union Jack écolos du Prince Charles en vente sur son site !

Si les Britanniques et tous les fans de têtes couronnées se réjouissent à l’avance de l’événement natal, il en va de même des tiroirs caisse de la nation. Dans une récente dépêche de l’agence Reuters, il est question de 280 millions d’euros de chiffre d’affaires engendrés par la venue au monde du nourrisson, dernier des Windsor. De fait, on ne compte déjà plus le nombre vertigineux de produits dérivés célébrant la natalité royale, du plus classique et sérieux au plus kitsch et ringard. Qu’importe, il s’agit là de marquer le coup et à ce jeu du gadget improbable, les Anglais raffolent de babioles historiques. D’ailleurs, même le prince Charles a mis en vente des chaussons pour bébé sur son site de produits écologiques Highgrove. Les parents de Kate Middleton ont emboîté le pas en vendant des articles de fête pour leur site Party Pieces.

Dans une économie britannique plutôt hoquetante, la famille royale pourrait aller encore plus loin que les éternels mugs siglés et assiettes de porcelaine aux armoiries royales. Autour de la naissance, pourquoi ne pas publier par exemple un livre témoignage et conseils pratiques signés Kate Middleton elle-même à la lumière de sa première grossesse ? Cela serait un carton d’édition à n’en pas douter. De même, pourquoi ne pas imaginer une gigantesque exposition des cadeaux que le jeune couple reçoit pour leur bébé. La Finlande a déjà offert un kit traditionnel comprenant des barboteuses, des coussinets d’allaitement et … des préservatifs ! Après tout, il existe bien en France des musées collectant les présents officiels reçus par les présidents de la République.

Et histoire de la jouer encore plus médiatique et participatif, les Windsor pourraient alors imaginer une sorte de télé-crochet destinée à élire la future nounou du bébé royal ! Bien que Kate ait déclaré vouloir s’occuper seule de son enfant, un tel concours version « The Nanny » ferait un tabac énorme. Enfin, pour ne pas oublier que le bébé appartient de facto à la génération Z, il serait malin d’apporter une touche numérique à cette naissance. Pourquoi ne pas proposer par exemple à chacun de tweeter des messages de bienvenue avec le hashtag officiel (le prénom du bébé par exemple), messages qui défileraient ensuite sur un écran géant proche du palais et dont les 3 meilleurs pourraient même passer une journée exclusive avec les jeunes parents avec autorisation de poster des tweetpics ou des mini-vidéos Vine ? Tiens, je devrais vite envoyer un e-mail à Kate et William !

Un commentaire sur “Le bébé royal de Kate & William arrive : 3 conseils d’un communicant roturier !

  1. Lili Coptere -

    Il serait judicieux de préciser que sur la photo de Kate et Camilla il s’agit de sosies… Une dimension à intégrer dans l’article : comment contrôler son image alors que les sosies arrivent à tromper la presse (cf arrivée à la maternité il y a quelques jours)…?

Les commentaires sont clos.