DSK sur CNN : Opération rédemption médiatique en cours ?

C’est probablement le scoop que les médias français auraient aimé décrocher : une longue interview de Dominique Strauss-Kahn qui revient sur l’affaire du Sofitel de New York. Manque de chance, c’est la chaîne américaine CNN que l’ex-patron du FMI a élue pour opérer un retour médiatique pas si innocent que cela. Décryptage d’une com’ bien orchestrée.

Les médias tricolores doivent sûrement s’en mordre les doigts. Pour son véritable come-back médiatique, Dominique Strauss-Kahn leur a filé entre les doigts. Après avoir copieusement collé aux rebondissements multiples des affaires du Sofitel et du Carlton, toute la presse française était à l’affût du retour en grâce. Au Festival de Cannes, les photos de DSK et sa nouvelle compagne ont autant inondé les Unes titres « people » que les journaux généralistes. Plus récemment, elle s’est précipitée pour couvrir la magistrale leçon d’économie dispensée par l’ancien numéro 1 du FMI à une commission sénatoriale enquêtant sur le rôle des banques dans l’évasion fiscale. Raté ! DSK n’a accordé aucune déclaration et s’est discrètement éclipsé par une porte dérobée.

Une petite vengeance envers la presse française ?

Version glamour au Festival de Cannes 2013
Version glamour au Festival de Cannes 2013

Blanchi dans l’affaire du Carlton et loin de celle du Sofitel, Dominique Strauss-Kahn est aujourd’hui entré en mode rédemption pour rebâtir une image consistante et inaugurer un nouveau chapitre de sa vie tumultueuse. Il ne sera certes plus un candidat à un mandat politique en France mais il entend encore assumer un rôle influent dans le mode des affaires et de la macro-économie au regard de son pedigree d’expert incontesté. D’où la nécessité de procéder par petites touches médiatiques savamment dosées. Après l’ultime épisode du pitoyable bouquin de Marcella Iacub qui balançait sur les turpitudes sexuelles de DSK, il fallait absolument contrebalancer et inaugurer une nouvelle ère.

Les épisodes du tapis rouge cannois et du docte exposé sénatorial ont donc été des mises en bouche médiatiques pour façonner un autre homme : recentrage sur son expertise d’économiste mondialement reconnu et officialisation d’une liaison avec une jeune femme au profil parfait. Les médias français ont évidemment embrayé selon l’éternelle lessiveuse éditoriale qui défait un jour une réputation puis refait l’autre jour ce qui a été endommagé.

Il aurait donc semblé logique que DSK accordât son premier entretien « confession » à un canal médiatique français. Pourtant, c’est CNN qui a remporté l’exclusivité du grand retour. Pour l’ex-président du FMI, c’est sans nul doute une façon de s’offrir une revanche sur une presse tricolore qui l’aura sacrément étrillé durant ses multiples déboires publics.

Une habile tactique

Version expert sur les bancs du Sénat
Version expert sur les bancs du Sénat

Si l’aspect revanchard n’est pas à exclure, le choix de CNN ne se résume pas à de simples considérations vengeresses à l’égard des journalistes français peu amènes envers lui depuis le scandale du Sofitel. La tactique opérée est d’une grande habileté. En accordant une interview à CNN, DSK s’assure d’une audience internationale. Or, l’international est son terrain de prédilection en matière de savoir économique et financier. En dépit des poursuites judiciaires qui l’ont un temps occupé, il a conservé malgré tout une certaine aura. Il a d’ailleurs donné plusieurs conférences de haut niveau sans que personne ne trouve à redire sur la qualité de ses interventions. Parler sur CNN est par conséquent un excellent moyen d’asseoir son envergure mondiale et de mettre de la distance avec les politiciens français qu’il ne manque d’ailleurs pas d’égratigner entre les lignes.

Ensuite, il était évident que les vingt minutes accordées à CNN allait faire aussitôt longuement jaser dans les médias français. Il suffit de jeter un œil sur les fils d’actualité, les réseaux sociaux et les ouvertures de journaux radio et TV pour constater que DSK est au cœur des gros titres. Des titres qui tartinent tous autour de deux thèmes : l’homme blessé par l’exhibition médiatisée ordonnée par le juge de New York et l’oracle économique sur la crise européenne.

Sur ces deux piliers thématiques, il a lâché les phrases qui ne cessent désormais de tourner en boucle et qui amorcent le DSK nouveau. Pour l’image personnelle, c’est la posture de victime qui prévaut : « Vous êtes exposé au monde entier comme un criminel, à un moment où personne ne sait ce qui est vrai et ce qui est faux. (…) C’est simplement injuste J’étais en colère, je ne savais pas pourquoi j’étais là ». Pour la stature économique, c’est l’image d’observateur impartial qui domine et qui déplore un « problème de leadership (…) Certains dirigeants en Europe sont compétents et savent ce qu’ils doivent faire mais le système européen est construit de telle manière qu’aucune décision difficile ne peut être prise ».

Le message envoyé est par conséquent très clair. Désormais débarrassé des procédures judiciaires, Dominique Strauss Kahn amorce un virage privé et professionnel où il entend exister pleinement. Sans doute plus dans la peau d’un potentiel président de la République mais sûrement dans les habits d’un vieux routier de la politique et l’économie fort d’un bagage international que plus d’un politicien français aimerait posséder. L’opération CNN a remis en selle le DSK médiatique. Il reste désormais à voir comment l’homme va capitaliser sur ce retour. L’étape suivante pourrait être par exemple un livre rédempteur que les médias français s’arracheront inévitablement. La boucle serait ainsi bouclée et le DSK nouveau lancé !

2 commentaires sur “DSK sur CNN : Opération rédemption médiatique en cours ?

Les commentaires sont clos.