Nouveau site Web de Marine Le Pen : Du storytelling popote pour encore plus dédiaboliser ?

Pour souffler les bougies de son 45ème anniversaire, la présidente du Front National s’offre un site Internet tout entier consacré à la gloire de sa vie, son œuvre, sa personne. Toujours dans cette obsession de javelliser l’image encore sulfureuse du patronyme Le Pen, l’entourage de Marine verse carrément dans la bluette de gare à l’eau de rose. Décryptage d’un storytelling gros sel.

S’il en est un qui a dû s’étouffer de rage en surfant sur la nouvelle production numérique de sa cheftaine de fille, c’est très probablement le patriarche et fondateur du Front National, Jean-Marie Le Pen. Dès la page d’accueil du site fraîchement lancée, le ton est donné. L’univers bleu-blanc-rouge demeure prégnant mais largement aux antipodes nationalistes et provocateurs de l’homme aux calembours racistes. En cela, le site MarineLePen.fr s’inscrit pleinement dans la stratégie de dédiabolisation et de respectabilité entreprise depuis plusieurs années pour faire du FN, une alternative politique crédible. Que retenir de ce panégyrique numérique ?

L’extrême banalisation est en marche

Un site qui lénifie totalement l'image de Marine Le Pen
Un site qui lénifie totalement l’image de Marine Le Pen

C’est Jean-Michel Aphatie qui l’avait déploré le premier. Toute la stratégie de communication de Marine Le Pen procède implacablement d’un souci d’extrême banalisation du Front National et de sa logorrhée programmatique. Dans un billet qui faisait suite à une étonnante prestation de la n°1 du FN chez Thierry Ardisson, l’éditorialiste écrivait (1) : « On peut donc dire que la stratégie de dédiabolisation mise en œuvre par Marine Le Pen depuis cinq ans a porté ses fruits. Et qui n’est plus diabolisé est donc fréquentable. CQFD ».

Dès que l’on clique sur le nouvel espace digital de Marine Le Pen, c’est effectivement ce sentiment qui prédomine. Le design est léché, la tonalité patriotique bon enfant et l’ergonomie simple et engageante.

Emblème symptomatique de cette démarche de notabilisation de l’image de l’égérie du Front National : le portrait stylisé de Marine Le Pen qui fait office de logo et qui emprunte sans rechigner les traits graphiques de la Marianne républicaine qu’on trouve d’ordinaire sur les timbres postes. Le ton est donné : Marine Le Pen fait désormais partie du casting politique français au même titre que tous ses concurrents oligarchiques de gauche et de droite confondus.

Marine Le Pen chez les grands !

Toutes les interviews sont soigneusement collectionnées
Toutes les interviews sont soigneusement collectionnées

Même si Marine Le Pen et ses comparses continuent de morigéner à intervalles réguliers, l’establishment politico-médiatique et la pensée unique des technocrates et des élites, il est pourtant amusant de noter que la quasi intégralité du site s’obstine à démontrer que l’héroïne du Front National fait désormais partie des acteurs qui comptent et ne s’agite plus depuis un strapontin jugé nauséabond par d’aucuns. La page d’accueil s’ouvre ainsi sur une vidéo plein écran annonçant que Mme Le Pen a été récemment reçue par l’actuel ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius. De quoi mettre en exergue la stature influente de la générale en chef !

Le site est d’ailleurs truffé de ces vignettes vidéo qui compilent scrupuleusement les apparitions médiatiques de Marine Le Pen. France Inter, LCI, France 2, RMC, etc, aucune grande enseigne média n’est oubliée pour montrer que la leader du Front National dispose de tribunes ouvertes dans une presse qui a longtemps regimbé à ouvrir micros et caméras au discours souvent borderline du paternel et de ses sbires aux idées courtes et rasées.

De même, les communiqués officiels de Marine Le Pen sont largement mis en avant ainsi que ses deux derniers livres de réflexion politique proposés en téléchargement gratuit aux internautes. Un choix totalement assumé et claironné sur le site (2) : « Par ce geste, Marine Le Pen confirme son attachement indéfectible aux libertés numériques, et sa volonté de faire d’Internet le lieu de l’intelligence et du débat ».

Les réseaux sociaux comme extensions du site

Facebook et Twitter largement mis en avant
Facebook et Twitter largement mis en avant

Au-delà de conter une chanson de geste à l’entière gloire de Marine Le Pen, le nouveau site mise ouvertement sur la viralité des réseaux sociaux pour amplifier cette dernière. Le fil Twitter et la page Facebook de la n°1 du FN sont incontournables lorsqu’on navigue sur le site.

De même, articles, billets, communiqués, projet politique et vidéos disposent tous de boutons de partage sur Twitter, Facebook et Google +. L’aspect militant est totalement assumé et décomplexé pour reprendre le mot fétiche du n°1 de l’UMP qui s’échine à courir après les idées du Front National.

En revanche, il est plus surprenant de constater que les liens officiels avec les publications digitales du parti sont relégués en bas de page, sans effort notoire de valoriser leur visibilité auprès des internautes.

D’ailleurs, à aucun endroit de la page d’accueil, ne figure le logo officiel du Front National. Seule l’invitation à devenir adhérent ou effectuer un don renvoie alors sur un formulaire de la formation politique. Une option probablement délibérée pour conférer à Marine Le Pen un impact et une influence qui aillent au-delà du périmètre électoral classique du FN.

MLP en tête de gondole

Cette propension à faire de Marine Le Pen la figure de proue, voire la tête de gondole attractive pour électeurs en mal de repères, se confirme dans l’étonnante rubrique du site intitulée « Marine Le Pen ». Là, on tombe dans un storytelling digne des mauvais romans photos ou des télénovelas surjouées. L’internaute se voit d’abord servir un portrait un peu lacrymal où Marine est une sorte de Cosette de la vie politique du fait du patronyme paternel très controversé. Une « épreuve » qui forgera au final son engagement politique actuel et sa saga électorale.

En selle pour une image plus lisse !
En selle pour une image plus lisse !

La « pipolisation » de la cheftaine est d’ailleurs un axe abondamment décliné à grands renforts de causeries vidéos au coin du feu où une Marine Le Pen humaine et décontractée digresse allègrement sur ses ascendances bretonnes, ses valeurs familiales, ses hobbies lorsque le crachin breton se fait trop présent et même son addiction aux fourneaux de la cuisine. Et pour qui n’aurait pas bien compris que Mme Le Pen est une personne bien sous tous rapports, l’internaute a droit en prime à un hallucinant carrousel photo de Marine médite sur le Golfe du Morbihan, Marine caresse un chat, Marine s’appuie sur un calvaire breton, Marine à cheval, Marine et les mégalithes de Carnac, etc.

Ce storytelling boursouflé et un brin ridicule (que la twittosphère n’a d’ailleurs pas manqué d’épingler sarcastiquement) n’est pas sans rappeler les grosses ficelles communicantes d’une autre femme politique à poigne, en l’occurrence Sarah Palin, l’ex-colistière républicaine de John MacCain lors des élections présidentielles américaines en 2008. Son site Web décline à l’envi les mêmes clichés d’une femme nature et popote, ancrée dans son Alaska natal et n’hésitant pas à manier le fusil pour chasser l’ours et le caribou. A l’instar de cette dure à cuire au cœur tendre et au verbe bien pendu, Marine Le Pen la joue également « roots » celtiques.

Conclusion – Le site de trop ?

Un site popote mais qui risque de plaire à l'électorat moyen
Un site popote mais qui risque de plaire à l’électorat moyen

Au final, que retenir de ce dithyrambe numérique tout dévoué à enluminer celle qui veut incarner l’alternative « salvatrice » entre UMP et PS ? Les purs et durs historiques du Front National seront à coup sûr les premiers à vomir ce site qui emprunte sans barguigner aux recettes des pages glacées des magazines people. Bien loin de leur ligne coup de poing et gourdin discursifs ! Les experts de la vie politique décrypteront sans trop se forcer les techniques communicantes cousues de fil blanc. Mais était-ce vraiment la cible de ce nouveau site ?

Il est fort probable que non. L’objectif ultime de ce site est de continuer à creuser le sillon d’une Marine Le Pen humanisée, déterminée et en position de prendre le pouvoir. Les idées sont habilement égrenées au gré du site mais expurgées de la rhétorique parfois agressive et extrémiste qui peut rebuter des électeurs pourtant à deux doigts de se laisser convaincre par la cheftaine du FN. Dans ce site, on trouve au contraire une quasi « Madame Toulemonde » proche des préoccupations des Français. Jean-Michel Aphatie n’a vraiment pas tort de parler de « banalisation extrême ».

Sources

(1) – Jean-Michel Aphatie – « Marine Le Pen ou l’extrême banalisation » – Le Blog de Jean-Michel Aphatie – RTL – 2 avril 2013
(2) – « Marine Le Pen vous fait découvrir ses deux derniers livres » – MarineLePen.fr – 5 août 2013

A lire ou relire sur le Blog du Communicant

– « Quand un livre décrypte Marine Le Pen au-delà du miroir médiatique » – 18 janvier 2012
– « Le Pen vs Le Pen ou l’impossible contorsion communicante du Front National » – 31 juillet 2011

4 commentaires sur “Nouveau site Web de Marine Le Pen : Du storytelling popote pour encore plus dédiaboliser ?

Les commentaires sont clos.