Football : Neymar peut-il encore dribbler son encombrante réputation ?

Il aura tout fait, ce diable de Neymar ! Lui qui énerve tant les défenseurs adverses par son aisance et sa dextérité au point d’être bousculé plus qu’à son tour, il aura engendré un fantasque feuilleton où il s’est mis en tête de défier le club avec lequel il est sous contrat pour revenir à ses anciennes amours et reformer le duo avec le phénomène du FC Barcelone, Lionel Messi. Mais non content de faire part publiquement de son souhait de quitter Paris, il a multiplié les crocs-en-jambe à l’égard de ce dernier alors qu’en termes d’image, son génie footballistique commençait à ne plus parvenir à juguler et faire pardonner ses inconséquences et ses provocations sur et hors du terrain. Peut-il encore renverser le cours du jeu et revenir en grâce ?

Petit récap pour les non-initiés

Les non-amateurs de football l’ignorent peut-être mais Neymar traîne un bilan réputationnel lourd. Même ses statistiques sont en trompe-l’œil. Acheté 222 millions d’euros en 2017 au FC Barcelone, le crack brésilien a joué 57 matchs toutes compétitions confondues en l’espace de deux ans. Avec au compteur, 51 buts inscrits. D’un point de vue purement mathématique, il s’agit d’un rythme hors-pair. Sauf que Neymar a accumulé les blessures et les suspensions dans les périodes les plus cruciales pour le club parisien. Particulièrement lors de la Ligue des Champions où il fut à chaque fois absent alors que la pente s’élevait. Au regard d’un salaire et de primes astronomiques, l’addition commence à faire grincer les dents de la direction et des actionnaires du PSG. Surtout lorsque le même Neymar toujours blessé fait savoir en juin 2019 qu’il veut désormais quitter Paris et revenir dans le bercail catalan. Il ira même jusqu’à déclarer que la déculottée historique du PSG contre le Barça en 2017 (à l’époque, il jouait pour les Catalans) constituait son meilleur souvenir de footballeur. Ambiance !

S’il sait réaliser des gestes et des actions sidérantes sur le gazon, Neymar est nettement moins doué quand il s’agit de protéger son image. A peine arrivé sous les couleurs parisiennes, Neymar crée aussitôt une première polémique retentissante. Lors d’un match de championnat, le PSG obtient un penalty. Le tireur habituel et chouchou des supporters, Edison Cavani, s’apprête à le transformer quand Neymar lui chipe sans état d’âme le ballon et exécute (avec succès) la sanction de l’arbitre. Ce « Penalty Gate » comme il fut baptisé dans la presse, donna le coup d’envoi d’une série de dérapages et de controverses signés Neymar. Au fil des mois, la liste n’a jamais cessé de s’allonger : rapports conflictuels avec certains autres cadors du PSG, hygiène de vie contestable (d’où des blessures cumulées), insultes d’arbitre sur les réseaux sociaux, roulades exagérées au moindre contact sur le terrain, retards répétés aux convocations du club, style de vie bling-bling à l’excès et pour finir, une claque à un supporter breton qui l’insulte et une suspicion de viol (affaire qui sera classée).

En dépit de cette énumération peu flatteuse, le footballeur ne fait que surenchérir en clamant à corps et à cri ses envies de transfert. Fatalement, l’image s’écorne encore un peu plus. Fondateur de l’agence d’image VIP Consulting, Franck Hocquemiller, ne dit pas autre chose (1) : « Le nom de Neymar est associé avant tout à diverses controverses (…) Il conserve une puissance de feu quasi sans égale sur les réseaux sociaux mais disons qu’il peut y avoir une prudence chez les annonceurs, inquiets d’un nouveau dérapage ».

Photo Icon Sport

Neymar sur le fil du rasoir

Les dérives de joueurs de football ne sont pas en soi un fait très nouveau. Autre génie du ballon rond passé par le PSG, Ronaldinho avait lui aussi commis quelques frasques comme ses nombreuses sorties arrosées en boîtes de nuit à la veille de matchs officiels. Pourtant, l’image du joueur n’a pas été plus troublée que cela dans la mesure où il a toujours su répondre présent dans les rencontres décisives en arborant en permanence un sourire de gamin éternel si touchant que beaucoup passaient l’éponge sur les accrocs. La grande différence d’avec Neymar, est que celui-ci n’inspire aucune sympathie. Revenu au PSG cet été comme directeur sportif, Leonardo (ancien joueur également du club) a d’emblée mis le poing sur la table face aux envies d’ailleurs de Neymar en le qualifiant de « joueur comme un autre ».

Même si de toute évidence, Neymar dispose d’un talent hors normes et n’est nullement un joueur lambda, le PSG a habilement su se montrer intransigeant mais pas borné en ouvrant la porte dans le cas d’une offre de recrutement XXL solide qu’un club (et notamment Barcelone) pourrait formuler. En déminant ainsi l’option victimaire dont Neymar aurait potentiellement pu se prévaloir pour accroître la pression sur sa volonté de transfert, le PSG a mis son joueur au pied du mur. A tel point que ce dernier était même prêt à sortir de sa poche, 20 millions d’euros pour aboutir à son départ avant qu’il ne se ravise et siffle lui-même la fin de la partie rocambolesque qu’il avait initiée. Jusqu’à dire qu’il restera parisien pour la saison 2019/2020 ! La balle est dans son camp.

Comment se positionner ?

Dans le cas de Neymar, la communication ne fera pas tout. Loin de là. Même si l’impétrant est brillant au micro et face caméra, ce sont ses performances concrètes et répétées sur le terrain qui le réhabiliteront durablement. Néanmoins, certaines actions pourraient contribuer à faire baisser la pression auprès des supporters, des journalistes (qui tous, ne se sont pas privés de l’étriller – à juste raison) mais aussi des dirigeants et actionnaires du PSG pour lesquels les investissements énormes consentis ne sont pas à la hauteur des objectifs atteints. Sportivement, Neymar a stagné depuis deux ans et il ne peut pas/plus en tenir rigueur uniquement à son séjour parisien. Ceci d’autant plus qu’un Kylian M’Bappé prend dorénavant une importance majeure dans le jeu et dans la communication du club. Tout Neymar qu’il soit, il va falloir convaincre que cet épisode de transfert à rebondissements n’est plus qu’une anecdote à reléguer au fond des placards.

Photo François Denat – Culture PSG

Le pari de reconquête d’image est loin d’être gagné tant le joueur est également sous l’emprise d’un entourage (le père en premier, les potes Tois (2) ensuite) néfaste. Du coup, fort de sa passe d’armes remportée, le PSG pourrait exiger certaines actions de la part de Neymar :

  • Diète médiatique pendant plusieurs semaines d’autant plus que le joueur ne participera pas aux trois premiers matches de la Ligue des Champions car il est suspendu pour outrage à arbitre la saison passée.
  • Cadrage des profils sociaux du joueur, notamment sur Instagram où Neymar passe plus pour un jouisseur-fêtard qu’un sportif discipliné et impliqué
  • Focalisation du joueur vers l’interne du club auprès de ses coéquipiers (dont certains lui sont encore favorables), des employés et des groupes de supporters avec des rencontres informelles (évidemment sous contrôle puisque plus rien n’est off mais à condition qu’une démarche honnête existe – sinon, l’affaire sera contre-productive)
  • Entretien exclusif à un média sportif (télévisuel de préférence pour toucher un public plus large) où Neymar revient sans fard et sans détours sur ses errements répétés et s’engage à apporter des titres. Le timing exact reste à définir
  • Apprentissage accéléré du français pour être capable de répondre à des interviews. Cette proximité linguistique est un plus indéniable. Le directeur sportif du PSG, Leonardo, en sait quelque chose. Lui qui s’exprime couramment dans la langue de Molière. Cela permettrait en outre à Neymar de participer à une cause de la Fondation PSG avec plus de conviction et de se rendre accessible.

Une chose est sûre. Neymar est à un tournant de sa carrière. Pas uniquement sportive mais aussi réputationnelle. A 27 ans, il joue une partie serrée. Soit il revient sportivement sous les couleurs du PSG et avec une posture révisée, soit il s’effrite dans l’image d’un joueur immensément talentueux mais tout autant inconséquent. Dans le premier cas, une stratégie de communication adaptée (à condition que le joueur soit sincère et motivé) peut aider à retourner une réputation mise à mal. Dans le deuxième cas, à l’impossible, nul n’est tenu !!!

Sources

(1) – Dave Appadoo – « Neymar, l’ombre d’un gâchis » – France Football – 3 septembre 2019
(2) –  William Pereira – « Qui sont les «tois», l’immense troupe de potes de Neymar ? » – 20 Minutes – 13 octobre 2017



Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.