Niel – Montebourg : La désacralisation des gouvernants est-elle irréversible ?

Lors d’une conférence donnée le 22 mai à l’Ecole Polytechnique, Xavier Niel s’est targué d’avoir manipulé d’anciens tweets du ministre de l’Industrie, Arnaud Montebourg dans le simple but de faire un coup de com’ au profit de sa nouvelle offre 4G chez Free Mobile. L’anecdote est particulièrement révélatrice de la désacralisation profonde qui affecte les gouvernants aux manettes de l’Etat. Analyse.

Le PDG franc-tireur d’Iliad-Free n’est pas peu fier de son coup. Il s’en vante désormais ouvertement devant les élèves et officiers de l’Ecole Polytechnique réunis dans une conférence sur les clés de la réussite du groupe Iliad. Son tweetclash avec Arnaud Montebourg en date du 10 décembre 2013 était en réalité un stratagème sciemment calculé pour titiller le ministre, le pousser à réagir avec virulence et s’offrir ainsi une couverture médiatique qu’aucun dispositif RP classique n’aurait été en mesure de susciter. Il y a une dizaine d’années, quasiment personne ne se risquait ainsi à faire tourner en bourrique des membres du gouvernement français. Hormis les caricaturistes et les humoristes dont c’est l’essence même, aucun industriel ne se serait aventuré à se servir d’un ministre en exercice comme d’un marchepied marketing. Pourquoi et comment en est-on arrivé là ?

Un verrou protocolaire a sauté

Champions en chutes de sondage !

Champions en chutes de sondage !

Si de tout temps les hommes politiques et particulièrement ceux dans l’exercice du pouvoir ont été brocardés dans les journaux satiriques et les sketchs humoristiques, jamais ils n’ont été considérés publiquement comme des carpettes sur lesquelles on s’essuie malicieusement les pieds. Même en cas de bras-de-fer et de controverse entre un dirigeant politique au pouvoir et un acteur économique, ce dernier veillait régulièrement à ne pas outrepasser la ligne jaune dans ses propos et ses actes de crainte de subir de drastiques mesures de rétorsion. Jusqu’à Jacques Chirac, le corps économique et industriel ne s’est jamais amusé à mordiller ouvertement les mollets des puissants élus de la République même si en privé, il leur arrivait de s’abandonner à moult récriminations fleuries.

Pourtant, la fonction régalienne du président de la République comme celle de ses ministres a désormais largement perdu de sa superbe. Il suffit pour s’en convaincre de regarder les sondages pour s’apercevoir que les recordmen absolus du dévissage dans l’opinion publique sont respectivement Nicolas Sarkozy tombé au plus bas de son mandat à 20% d’avis favorables et François Hollande qui pousse « l’exploit » actuellement d’aller encore plus loin dans le négatif. Cette érosion des courbes de popularité se produit de surcroît avec une célérité hallucinante. A peine installé sous les ors élyséens, l’un comme l’autre a vu sa cote s’éroder à cadence soutenue en dépit de quelques rebonds sporadiques.

Sarkozy et Hollande, agents délétères

AA - Dessin humoCette détestation aussi radicale et jamais vue tient en grande partie à la désacralisation accélérée de la fonction élyséenne. Même si en son temps, le général de Gaulle ou plus récemment François Mitterrand et Jacques Chirac ont été vertement rudoyés, les fleurets critiques restaient malgré tout mouchetés. Depuis l’élection de Nicolas Sarkozy comme 6ème président de la Vème République, l’aura inspirant respect et pondération a volé en éclats. Le premier responsable n’est autre que l’ex-député-maire de Neuilly-sur-Seine qui n’a cessé d’incarner un président décomplexé, hâbleur et sans véritable hauteur protocolaire comme ses aînés. Tout le monde garde en tête le souvenir d’un président prêt à faire le coup de poing avec un pêcheur breton lors d’une manifestation. Sans parler de l’impayable réplique du « Casse-toi pov’con » au salon de l’Agriculture face à un quidam refusant de lui serrer la main. Ces réactions à l’emporte-pièce ont achevé de piétiner la déférence due au statut présidentiel et de l’abaisser à celui d’un vulgum pecus qu’on peut apostropher comme un pote de zinc de comptoir.

Bien que François Hollande se soit ensuite empressé de renier avec force le côté show-off et limite beauf en Ray-Ban de son prédécesseur, il n’a fait en fin de compte qu’enfoncer le clou en dégainant son concept de président normal. Croyant probablement s’attacher ainsi les faveurs durables de l’électorat en cultivant un style proche de M. Toulemonde, il a surtout accéléré le dévoiement de la stature élyséenne. Son côté « Monsieur Petites Blagues » a été extrêmement mal reçu une fois arrivé au pouvoir. Ses escapades en scooter sans garde du corps l’ont ramené au rang d’un citoyen lambda digne du théâtre de boulevard. Au final, le président et sa garde ministérielle sont devenus d’infinis sujets de mépris, de blagues et de détournements publicitaires dont Arnaud Montebourg est l’incarnation parfaite la plus récurrente.

La presse a accéléré le mouvement

AA - Couverture Marianne SarkozyNicolas Sarkozy et François Hollande ne sont pas les seuls à avoir éraflé le vernis protocolaire qui sied d’ordinaire au président de la République et ses ministres. Les médias ont largement contribué à amplifier l’insolence dont s’arroge désormais n’importe quel acteur de la société. Après la lune de miel entre Nicolas Sarkozy et la presse sitôt son élection acquise, les couvertures de magazines et les gros titres des quotidiens ont vite haussé le ton sur un mode pas toujours amène, ni véritablement poli. En août 2010, l’hebdomadaire Marianne avait ainsi défrayé la chronique en publiant une Une retentissante où l’hôte de l’Elysée était purement et simplement qualifié de « voyou de la République ». Un vocable fort et à la limite de l’injure qu’il aurait été impensable de concevoir quelques années plus tôt sans que le palais de l’Elysée tonne avec violence.

Sous François Hollande, le bashing est carrément devenu un filon éditorial à part entière. Les covers assassines essaiment avec une régularité de métronome où l’actuel Président est tour à tour un nul, un mou, un incapable et on en passe. Très récemment, le député-maire UMP Benoist Apparu était interviewé sur France 2 au sujet de l’impopularité de François Hollande. Durant l’entretien, il n’a cessé de qualifier celui-ci de « type qui n’est pas à la hauteur, de type qui ne fait pas le job, de type qui n’a pas la carrure ». Là encore, une pareille épithète n’aurait pas été décochée si spontanément il y a 10 ans.

Machine arrière ou irréversible ?

AA - Royal MarianneDans un tel contexte où le politique n’est plus qu’un faire-valoir, la forfanterie de Xavier Niel n’est pas franchement surprenante d’autant plus que l’entrepreneur a coutume de bousculer les codes de l’establishment et d’en jouer habilement pour nourrir une image disruptive au service de ses intérêts marketing. La façon dont il explique aux élèves de Polytechnique comment il a orchestré le piège communicant envers Arnaud Montebourg, est même à la limite de la provoc ‘ de sale gamin tant il s’esbaudit sans compter du tour de passe-passe réalisé.

Ceci étant dit, les politiques, ministres et présidents en tête, n’ont à s’en prendre qu’à eux-mêmes. Dans leur obsession de briller, de se vendre comme des pots de yaourt pour accéder aux lustres du pouvoir, d’aucuns n’ont reculé devant rien en matière de déballage de vie privée et de mise en scène à la limite du grotesque.

Souvenons-nous par exemple de Ségolène Royal lors de la campagne présidentielle de 2007 ou de son show au Zénith en 2008. A chaque fois, elle y apparaissait comme une madone télévangéliste aux artifices chorégraphiques boursouflés. A force de jouer au pitre médiatique ou au bateleur de service, on finit par inspirer le mépris et la déconsidération.

Pas étonnant ensuite qu’industriels, médias et autres acteurs sociétaux s’emparent allègrement et moqueusement des figures politiques pour leurs propres besoins communicants. Ce n’est probablement pas l’évolution la plus remarquable de la vie démocratique actuelle mais elle est partie pour s’installer durablement tant que les politiques continueront à désacraliser l’incarnation des institutions républicaines.

Pour en savoir plus



Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.