Serge le lama : Anatomie d’un buzz devenu mondial (Vidéo)

En dérobant un lama dans un petit cirque pour lui faire faire une escapade éméchée dans le tramway, les cinq joyeux fêtards bordelais étaient probablement très loin d’imaginer que leur virée nocturne allait effectuer le tour du monde. Au départ, était un simple tweet posté par un témoin qui a progressivement pris de l’ampleur à mesure que les gens partageaient l’improbable cliché de Serge le lama.

Le tweet d'où tout est parti !

Le tweet d’où tout est parti !

Si sur le coup, le propriétaire du cirque n’a guère goûté l’emprunt de son animal et a voulu porter plainte, il s’est ensuite vite ravisé face à la vague de sympathie hilare que la blague potache a suscité tout autour de la planète. Réseaux sociaux et médias classiques se sont emparés avec délectation de cette histoire peu banale.

Aujourd’hui, Serge le lama est l’objet de chansons humoristiques, de mash-ups délirants. Il a même gagné le droit ce week-end de pénétrer au stade Jacques Chaban-Delmas pour célébrer le coup d’envoi de la rencontre de Ligue 1 opposant les Girondins de Bordeaux au FC Nantes.

Plutôt qu’un long discours sur la mécanique incroyable qui s’est enclenchée au point d’accumuler des millions de vus et de tweets, je vous conseille de regarder l’excellent reportage sur le sujet réalisée par l’émission « Le Tube » de Canal +. Tout est pertinemment décrit et souligne à quel point un tweet peut faire tâche d’huile s’il réunit des critères fédérateurs, émotionnels et universels.

L’animal n’ayant de surcroît pas été maltraité, les photos de l’exploit pouvaient aller partir en orbite médiatico-digitale. Sur le Web et dans les moteurs de recherche, c’est désormais le chanteur Serge Lama qui doit même partager la vedette avec le camélidé sud-américain !

A lire également, l’article de Simon Gourmellet, « Serge le lama devient une vache à lait » (France TV – 14 novembre 2013)

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.