A la Une
12 janvier 2021

Trump éjecté des réseaux sociaux : Jusqu’où peut aller la liberté d’expression sans dériver ?

Qui vivra par l’épée, périra par l’épée ! Jamais un dicton n’aura eu autant d’acuité pour décrire l’éjection manu militari que vient de subir le 8 janvier Donald Trump de son réseau social de prédilection, Twitter. Lui qui avait forgé son image auprès de ses fans en tweetant compulsivement, parfois jusqu’à 200 fois par jour, est désormais face à un cordon ombilical coupé. Certes, il pourrait toujours venir sur des plateaux de TV pour continuer à déverser sa rage. Cela reste néanmoins « peanuts » à ses yeux tant l’écho assourdissant de la plateforme lui a conféré une puissance d’expression inégalée. Ce qui pose gravement question en matière d’expression publique et démocratique ?

C’est en mai 2009 que Donald Trump débarque sur Twitter. Le réseau co-fondé par Jack Dorsey a alors déjà connu sa première heure de gloire avec l’élection un an plus tôt de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis. Twitter avait en effet constitué une cheville ouvrière efficace dans la stratégie de communication du candidat à la Maison Blanche. Au départ, c’est une équipe de community managers qui se charge de nourrir sporadiquement le fameux @realDonaldTrump. Le ton y est globalement policé sauf quand l’impétrant décide de tweeter lui-même.
Publications
Managers, Parlez numérique... et boostez votre communication!

Managers, Parlez numérique...
... et boostez votre communication !