A la Une
CHO - banniere communication21 avril 2016

Bonheur au travail & marque employeur : lubie corporate ou enjeu crucial de communication ?

En plus du fameux Chief Digital Officer qui siège désormais dans les instances dirigeantes des entreprises pour assurer leur transformation digitale, un nouveau profil commence également à investir les comités exécutifs : le Chief Happiness Officer (CHO). Sa mission : instiller du bonheur au travail pour accroître la performance des équipes et augmenter l’attractivité de l’entreprise auprès des talents extérieurs. A l’heure où les syndromes du « burn-out » et « bore-out » ne cessent de pourrir les ambiances professionnelles et les réputations corporate, certaines sociétés ont imaginé le poste de « Directeur du Bonheur » pour rectifier le tir. Une initiative pertinente ? Eléments de réponse.

A l’origine, le premier Chief Happiness Officer de l’histoire est un clown que vous avez forcément au moins croisé une fois si vous avez déjà poussé les portes d’un restaurant McDonald’s. Il s’agit en effet du célèbre Ronald McDonald, un personnage tout bigarré de rouge et jaune, qui fut bombardé en 2003, CHO des établissements de l’enseigne aux Etats-Unis. Son rôle avant de devenir plus tard la mascotte emblématique du groupe ? Assurer une ambiance ludique et conviviale dans chaque lieu de restauration notamment auprès des familles et des enfants. Cependant, c’est véritablement avec Zappos, l’iconoclaste société de vente en ligne de chaussures que la notion de Chief Happiness Officer va prendre de la consistance. Son jeune PDG Tony Hsieh confie alors en 2005 à sa collaboratrice Jenn Linn une mission peu ordinaire : introduire le bonheur en entreprise en la nommant Chief Happiness Officer. Cette action d’abord purement interne à Zappos, débouchera ensuite sur le lancement d’un livre manifeste en 2010 intitulé « Delivering Happiness – A path to Profits, Passion and Purpose » et une société de consulting éponyme co-fondée par les deux trublions du management. Entretemps, Zappos aura vu son chiffre d’affaires bondir de 1,6 million de dollars en 2000 à 1 milliard de dollars en 2008 et sera vendu à Amazon dans la foulée (1). De quoi titiller les esprits managériaux en mal de solutions pour nourrir leur marque employeur et assurer leur performance.
Publications
Managers, Parlez numérique... et boostez votre communication!

Managers, Parlez numérique...
... et boostez votre communication !

ebook Journalistes, nous avons besoin de vous !

Journalistes, nous avons besoin de vous !

Ma liste de blogs