Banc d’essai « Pure Player » n°1 : Quoi.info, qu’est-ce qu’elle a mon info ?

Dans la foulée du billet traitant début janvier de la luxuriante floraison de nouveaux sites d’information en ligne en France, Le Blog du Communicant 2.0 démarre maintenant son banc d’essai des différents « pure players » 100% numériques qui ont décidé chacun à sa manière de relever le défi de l’information 2.0.

Premier site à passer à la loupe : Quoi.info. Lancé en novembre 2011, le site mise sur un traitement très original de l’actualité à mi-chemin entre les fiches scolaires que nous faisions pour réviser avant les examens et un emprunt philosophique à Wikipedia en misant sur l’apport d’une communauté d’internautes experts pour étoffer les contenus publiés.

Ses acteurs et son business model

L’actualité décryptée de manière pédagogique

La création de Quoi.info émane de la volonté de trois professionnels chevronnés du journalisme : Frédéric Allary (ancien directeur général des Inrockuptibles), Cyrille Frank (ancien rédacteur en chef et responsable des contenus du groupe Internet américain AOL France) et Serge Faubert (ex-directeur de la rédaction du quotidien France-Soir). D’après le site Electron Libre, ce brillant casting aurait levé environ 500 000 euros de fonds auprès de Jean-Daniel Camus, créateur du fonds d’investissement Orium, pour assurer le lancement et la montée en puissance du site.

Le modèle d’affaires du site repose aux deux tiers sur des revenus publicitaires, le tiers restant provenant d’abonnements sous forme d’offres « premium » qui aideront le lecteur à mieux appréhender et se former à l’actualité sur le modèle de l’apprentissage des langues. Côté publicitaire, les fondateurs parient sur un format original avec lequel les marques pourraient publier des annonces interactives sur le schéma d’une question/réponse. Actuellement, Quoi.info est totalement impliqué dans l’acquisition de visiteurs et l’augmentation du trafic sur le site.

Objectif officiellement annoncé par les créateurs (1) : 1 million de visiteurs uniques en 18 mois avec une recette moyenne de 0,30 € par internaute et par an. Cible prioritairement visée par Quoi.info : les jeunes actifs urbains. Un choix qui semble effectivement pertinent tant cette catégorie est ultra-connectée et consommatrice d’infos en permanence.

Le pitch de Quoi.info

Le nom de baptême du site résume parfaitement le concept de Quoi.info : expliquer et décrypter l’actualité à travers des questions clés et des réponses synthétiques basées sur des faits. L’ensemble est présenté de manière simple, pédagogique, voire ludique et surtout très rapide à lire pour qui veut s’imprégner des éléments essentiels d’un sujet du moment.

Chaque jour, Quoi.info pose ainsi une dizaine de questions en relation avec les thèmes et les gros titres de l’actualité. En quelques points clés, le site vise à chaque fois à procurer des éléments factuels de compréhension, des explications mais en évitant soigneusement tout commentaire ou opinion. En ce sens, on retrouve la culture entomologique anglo-saxonne qui s’attache à relater des faits et à les remettre dans leur contexte à la lumière d’informations brutes (chiffres, statistiques, documents officiels, etc).

Son contenu et son ergonomie

Chaque sujet est mis en fiche synthétique et rapide à lire

Une rédaction d’une dizaine de journalistes s’attelle quotidiennement à répondre à diverses questions, des plus sérieuses aux plus iconoclastes mais toujours en lien avec l’actualité du moment. Serge Faubert précise la démarche empruntée (2) : « Le travail de l’équipe sera avant tout fondé sur les méthodes journalistiques de base. Quoi est une sorte de service citoyen, le moyen de leur redonner prise sur le monde et l’actualité ».

Pour autant, Quoi.info ne prétend pas à l’exhaustivité absolue mais vise plutôt à décortiquer des questions pertinentes que la majorité d’entre nous peut être amenée à se poser lorsqu’elle parcourt l’actualité du jour. A cet égard, Quoi.info comporte au total 14 rubriques aux intitulés traditionnels comme Politique, Société, Economie, Environnement, People, Sport, Science, etc.

Chaque article se présente sous forme d’une fiche en quelques points clés à retenir. Il indique ensuite qui est le/les rédacteur(s), précise les sources documentaires ayant servi à l’élaboration de l’article et cite les internautes ayant contribué à enrichir ou amender le contenu initialement publié. Sur certains sujets, il est également signalé des articles connexes de Quoi.info abordant la même thématique et pouvant constituer un utile prolongement.

En matière d’usabilité, l’ergonomie est d’une grande sobriété qui au prime abord peut sembler tristounette ou un peu trop épurée. Pourtant, très vite, on apprécie la fluidité et l’intuitivité de la navigation. En un clin d’œil, l’internaute saisit l’essentiel du site, à savoir les rubriques disponibles, les articles du jour et les 3 sujets les plus marquants. Résultat : impossible de se perdre dans le site !

Sa compatibilité avec les médias sociaux

Pour accroître la viralité de ses contenus, Quoi.info s’appuie sur le classique tryptique qui comprend un fil Twitter (1412 followers au 4 février 2012), une page Facebook (1892 fans à la même date) et une page Google + (30 personnes). Le site propose aussi de s’abonner via un flux RSS et l’envoi d’une newsletter dans sa boîte e-mail.

Mais le véritable point fort du site réside dans sa proposition de devenir un expert associé à Quoi.info pour enrichir et compléter les articles mis en ligne. En revanche, ne devient pas expert attitré en un seul coup de clic. Il faut pour cela apporter une contribution régulière et pertinente qui permet alors de grimper dans la « hiérarchie » des experts et d’augmenter ainsi sa crédibilité sur ses sujets d’intervention. Ainsi, en fonction du nombre et de la pertinence des contributions déposées, l’internaute décroche des badges qui s’échelonnent selon un niveau croissant : amateur, connaisseur et expert.

Ces badges sont disponibles pour chacune des 14 rubriques du site. Lorsque l’internaute atteint le niveau « expert » dans un domaine, il peut alors participer au travail d’explication de Quoi.info, en collaboration avec la rédaction. Il peut même proposer des idées de sujets à l’équipe de journalistes. Trolls et extrémistes excités de tous poil ont ainsi peu de chances d’émerger comme des contributeurs valables. Une approche intelligente qui permet ainsi aux contenus de se co-construire sur des bases informatives saines et étayées.

Son avenir

Quoi.info mérite vraiment de s’imposer parmi les « pure players » innovants de l’info

S’il est encore bien trop prématuré pour préjuger de la réussite ou non de cette approche informative réellement innovante et rafraîchissante, Quoi.info mérite d’ores et déjà un grand coup de chapeau. Outre une forme attractive et tout à fait adaptée aux exigences de la lecture Web, le site renoue d’une certaine manière avec une des fonctions essentielles du journalisme : donner des éléments de contexte et d’explication sur un sujet donné là où de nombreux autres acteurs versent souvent dans l’interprétation, le commentaire orientée ou l’imprécision.

La vocation informative et pédagogique du site est clairement à saluer. Aujourd’hui, nous sommes tellement assaillis par le nombre d’informations qu’il est parfois difficile de se repérer, de se forger une opinion ou tout simplement de comprendre les fondamentaux. A titre d’exemple parmi tant d’autres, le site m’a personnellement aidé à mieux comprendre l’histoire du génocide arménien que le gouvernement turque s’obstine toujours à nier et pour lequel le gouvernement français a récemment milité pour la pénalisation via une loi de la négation de celui-ci. L’article réalisé par Quoi.info était à cet égard un modèle de clarté permettant de se remémorer les faits historiques, les controverses et les enjeux de ce triste épisode.

Pour autant, Quoi.info trouvera-t-il son point d’équilibre économique ? Là est toute la question cruciale des « pure players » et bien malin celui qui peut y répondre dès maintenant. Le site dispose en tout cas d’indéniables atouts et d’un positionnement éditorial original qui peuvent l’aider à trouver sa place et sa rentabilité dans un écosystème encore aléatoire. A l’heure actuelle, le danger réside sans doute dans la faible notoriété du site auprès du grand public. Toutefois, s’il parvient à recruter ce million de visiteurs uniques qu’il s’est fixé, Quoi.info peut espérer continuer de manière viable l’aventure. Voire pourquoi pas, s’adosser à un plus gros site d’information disposant d’une marque puissante mais n’ayant pas un service éditorial comme celui proposé par Quoi.info.

A titre personnel, je ne peux que conseiller d’aller faire un tour sur Quoi.info. Pour avoir la chance de connaître l’un de ses fondateurs (Cyril Frank en l’occurrence), je suis séduit par son enthousiasme et sa motivation à proposer une approche journalistique à la fois innovante et proche des fondamentaux du métier. Les lecteurs actuels et futurs ont tout à y gagner !

Sources

(1) – Isabelle Otto – « Le nouveau site Quoi : l’actualité en questions » – Electron Libre.info – 6 septembre 2011
(2) – Ibid.

A lire également

- Laurent Firdion – « Quoi – Portrait de Cyril Frank » – Les Influences.fr – 1er décembre 2011
- Capucine Cousin – « Newsring et Quoi.info : entre débats et Wikipedia de l’info » – Blog Miscellanées.net – 27 novembre 2011
- Olivier Cimelière – « Information & Pure players : feu de paille ou vrai big bang du journalisme ? » - Blog du Communicant 2.0 – 2 janvier 2012

A voir

Pour les aficionados d’ergonomie et de navigation Internet, vous pouvez regarder l’exhaustive vidéo réalisée par le blogueur, webmaster et community manager Jean-Dominique Boutet (blog perso : http://jdboutet.fr/) qui décortique en détail le site Quoi.info.

Analyse Quoi.info from JD Boutet on Vimeo.



Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.