Quand un livre décrypte Marine Le Pen au-delà du miroir médiatique

On ne compte plus les ouvrages qui traitent de Marine Le Pen et du virage « respectable » qu’elle  négocie depuis qu’elle s’est emparée de la présidence du Front National. En revanche, on connaît beaucoup moins sa trajectoire politique et sa personnalité quasi « schizophrénique » tant elle n’était pas destinée au départ à prendre la succession du pater familias d’extrême-droite.

C’est cet angle qu’a choisi de creuser le journaliste politique et éditorialiste de France 3, Patrice Machuret en publiant un livre disponible en librairie à partir du 19 janvier. Impressions et faits saillants d’un ouvrage que j’ai lu avec vif intérêt et dont tout citoyen devrait prendre connaissance.

Qui est véritablement Marine Le Pen ?

Qui est véritablement Marine Le Pen ? (photo Jean-Christophe Verhaegen – AFP)

A l’heure où les écarts tendent à se resserrer entre les quatre principaux prétendants à l’élection présidentielle de 2012 et où un tiers des Français se déclare en phase avec les idées du Front National (sondage TNS-Sofres du 6 au 9 janvier 2012 pour France Info, Le Monde et Canal +), il devient particulièrement pertinent de se pencher sur la personnalité profonde de celle qui préside aux destinées d’un parti longtemps sulfureux et excessif lorsque son père en tenait les rênes.

Aujourd’hui, tout a été dit ou presque sur la stratégie de repositionnement et de conquête du parti d’extrême-droite. En revanche, il est plus difficile de cerner les véritables ressorts psychologiques de Marine Le Pen. C’est à cet exercice délicat que s’est livré Patrice Machuret dans son dernier ouvrage intitulé « Dans la peau de Marine Le Pen ». Pendant plusieurs mois, il a suivi Marine Le Pen et enquêté dans les coulisses du Front National auprès des compagnons de route, des militants, des dissidents mais aussi et surtout auprès des intimes de celle qui a toujours refusé d’entrouvrir la porte du privé aux médias à la différence de son père.

Le résultat de cette investigation fouillée et sans concessions fourmille d’éclairages inattendus et d’informations qui donnent une autre perception de la femme politique de premier plan qu’est devenue Marine Le Pen.

« Schizophrénie à tous les étages »

Un livre qui donne un nouvel éclairage sur la patronne du FB

Elle qui se veut monolithique et inflexible dans les médias, se révèle être à la lecture du livre un personnage presque « schizophrénique »et à fleur de peau tellement sa vie personnelle aura toujours été indissociable des aléas politiques du Front National et de son fondateur de père. L’ouvrage multiplie les anecdotes d’algarades et de bouderies entre le père et sa fille sur mille et un sujets des plus politiques aux plus familiaux. Ce relationnel complexe fait d’amour, de fascination mais aussi d’envie de couper le cordon chez la fille et de garder la bride chez le père, s’avère en fin de compte très emblématique des remous et des variations de discours que le Front National a pu avoir et continue encore d’avoir.

Ainsi, est-elle écartelée entre la fidélité au socle génétique du Front National de son père qui s’articule autour de la préférence nationale, l’immigration et l’anti-islam et la nécessité d’élargir la palette argumentaire autour du social, de la dénonciation de la mondialisation et de la diabolisation de l’euro. Or, il est « amusant » de noter que les discours obéissent souvent aux fluctuations des relations père-fille avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer ensuite dans les querelles entre Anciens et Modernes au sein des instances du Front National.

Le livre montre que pareil dédoublement se retrouve chez Marine Le Pen dans les rapports qu’elle entretient avec son compagnon Louis Aliot, par ailleurs vice-président du Front National. Un rapport d’autant plus complexe que gendre et père ne sont pas forcément les plus grands amis du monde par ailleurs. A la lumière de l’enquête de Patrice Machuret, le Front National apparaît très clairement comme un « Family Business » (titre d’un des chapitres du livre) où tout est axé finalement autour de l’estampille Le Pen.

Quand les contradictions affleurent

Le « Paquebot », ex-siège du FN, a failli être vendu pour devenir … une mosquée !

L’autre attrait du livre réside dans les contradictions qu’il met à jour à propos de Marine Le Pen. Cette dernière a toujours fait (comme son père) du Front National, un parti « hors système » et anti-establishment que sa formule « UMPS » cultive à l’envi pour dénoncer l’emprise des grands partis sur la vie politique française. Or, le lecteur découvre au fil des pages que le Front National est tout autant impliqué dans les manœuvres politiques et les calculs électoraux que ceux qu’il prétend dénoncer. A cet égard, la narration de l’implantation de Marine Le Pen dans le fief nordiste d’Hénin-Beaumont est symptomatique des contorsions électoralistes du parti.

Autre contradiction plus anecdotique mais néanmoins révélatrice d’un certain pragmatisme politicien en vigueur au sein du Front National : la vente du célèbre (et désormais ex) siège du parti à Saint-Cloud surnommé « le Paquebot ». Le livre décrit en détails l’incroyable histoire à rebondissements de la cession sans cesse avortée du bâtiment alors que le FN est aux abois financièrement parlant. Mais c’est surtout le témoignage d’un ancien élu du FN qui souligne à quel point la détestation de l’islam peut parfois passer au second plan des priorités du parti. Ainsi, le « Paquebot » fut début 2009 à deux doigts d’être acquis par un acheteur arabe via un centre culturel musulman. Lequel avait ensuite l’intention d’ériger … une mosquée en lieu et place du siège historique !

Lire la suite du billet sur le Plus du Nouvel Observateur

Références du livre

– Patrice Machuret – Dans la peau de Marine Le Pen – Seuil – janvier 2012



8 commentaires sur “Quand un livre décrypte Marine Le Pen au-delà du miroir médiatique

  1. Daniel Dunkel  - 

    Monsieur cimelière parle de lui inconsciemment quand il dit que les autres distribuent les bons et mauvais points. Vos sophismes sont risibles. Vous faites parties de ces personnes psycho-rigides incapable de se remettre en question devant l’évidence de la réalité.

    1. Olivier Cimelière  - 

      Mais quelle évidence Monsieur ? Je rigole toujours lorsqu’un extrêmiste me traite de sophiste ! Cet art que vous manipulez justement sans cesse pour aboyer des contre-vérités, trouver des boucs émissaires et vous vider de votre haine. Quand vous n’insultez pas (cf votre commentaire déposé dans un autre billet).

      Psychorigide moi ? Au moins vous m’aurez bien fait marrer. Venant de vous et votre vocabulaire abrupt, on peut vraiment se demander lequel des deux l’est le plus?

      1. Daniel Dunkel  - 

        Si j’insulte Monsieur, c’est mon droit et je ne le faits pas sous pseudonyme vous en conviendrez. L’évidence Monsieur c’est qu’en temps de crise et même en général, un journaliste doit être objectif, et se placer au-delà de la propagande du pouvoir.
        « Les médias sont les serfs du pouvoirs » c’est vous qui le dites à propos des bloggers d’information dans l’une de vos vidéos. Posez-vous la question pourquoi tous ces bloggers et beaucoup d’autres citoyens ont ce raisonnement au lieu de vous badigeonner le nombril avec le pinceau de l’indifférence?

        1. Olivier Cimelière  - 

          Cher Monsieur,
          Vous êtes tellement convaincu de votre vision binaire où tous les journalistes sont pourris au service des pouvoirs politiques et économiques qu’il est vain de poursuivre ce monologue. Je connais suffisamment bien le milieu des médias pour savoir que les choses sont infiniment plus complexes que vos théories simplistes du complot. Mais si cela vous rassure de penser ainsi et de refuser d’écouter d’autres points de vue, faites comme tel, je vous en prie !
          La seule limite est l’insulte que je n’accepte pas. On peut être de points de vue opposés sans s’abandonner à ce genre de traitement irrespectueux. Je ne saurais que trop vous conseiller de ne plus lire ce blog si c’est pour y déverser un torrent haineux. Et moi, je continuerai à « me badigeonner le nombril » face au phare de la pensée intelligente que vous êtes

  2. JEAN LUC BERTELOOT  - 

    Vous manifestement vous n’appréciez pas la polémique surtout quand on refuse d’avaler vos couleuvres bien pensantes!!vous accusez les autres d’invectives,mais vous vous retranchez derrière un pseudo discours scientifique pour répandre votre fiel! Votre casuistique de jésuite est bien rodée ainsi que la perversité qui la caractérise!Serviteur et inquisiteur de la bien-pensance,il va de soit que vous par contre vous avez l’amour du prochain chevillé à l’ame!!
    Nulle intention chez moi d’ériger Marine Le Pen en martyr,mais par contre votre ostracisme déguisé en valeurs morales ne me donne pas envie de vous ménager!!
    Tout simplement je ne supporte plus le puritanisme moral petit bourgeois que votre corporation met au service d’une oligarchie politico-financière qui doit ètre balayée et peu importe si c’est Marine Le Pen qui tiendra le balai!!!

    1. Olivier Cimelière  - 

      J’ai franchement beaucoup de compassion à votre égard. Comme c’est triste de cataloguer les gens sans même savoir qui ils sont vraiment. Ainsi donc je suis bien pensant, puritain, petit bourgeois, corporatiste ! Diable! Cela fait beaucoup pour un seul homme :-)

      Non effectivement, je n’aime pas la polémique lorsqu’elle est stérile. Vous faites les questions et les réponses. Vous attribuez les bons et les mauvais points. Et tout ce qui ne cadre pas avec vos convictions est taxé de bien-pensance, etc. C’est sûr que dans ces conditions, il est bien difficile d’avoir un débat constructif. Je vous laisse à des idées et pour éviter une prochaine crise de nerfs, black-listez mon blog. Je ne voudrais pas être responsable d’un infarctus, petit bourgeois immonde et étriqué que je suis :-)

  3. jean luc Berteloot  - 

    Comme toujours le recours à l’ anathème psychanalytique .
    Les eminences du Vatican politique et médiatique ont trouve leur sorcière.
    Les Torquemada du politiquement correct aimeraient bien allumer le bucher pour y mettre la nouvelle hérétique .
    Les puritains de l’ordre mondial (DSK ……) Eux sont considérés comme des personnalités complexes . Quel bel euphémisme pour désigner des en….es !

    1. Olivier Cimelière  - 

      Au moins une chose est certaine dans vos commentaires : cette détestation permanente de tout ce qui ne pense pas comme vous, cette propension à ériger Mme Le Pen en martyre de la scène politique et ce sens de l’invective, histoire de bien asséner vos convictions et faire savoir que vous avez raison.
      Personnellement, cela ne me donne guère envie de voter pour des gens qui ont un tel goût de l’ostracisme chevillé dans leurs idées

Les commentaires sont clos.