Avec « Vie politique », TF1 ambitionne de revisiter le concept des émissions politiques

Alors que les ambitions politiques à droite et à gauche s’aiguisent dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017, TF1 entre dans l’arène médiatique avec une nouvelle émission qui entend bousculer les canons éditoriaux du genre. Intitulé « Vie Politique » et animé par Gilles Bouleau, le programme alterne séquences rythmées, entretiens à bâtons rompus sur des thématiques précises avec des acteurs de la société civile et des rebonds digitaux sur le site MYTF1news.fr et Facebook. Les abstentionnistes et les indécis se laisseront-ils séduire ? La chaîne désormais présidée par Gilles Pelisson espère bien y parvenir. Pitch en attendant la première !

Avec « Vie politique » qui sera mis à l’antenne courant juin 2016, TF1 revient en quelque sorte à ses premières amours télévisuelles qui ont longtemps alimenté sa réputation de chaîne de référence avec le mythique et très prisé entretien politique intitulé « Questions à domicile » ou son successeur dominical « Sept sur Sept » qui fit la gloire d’Anne Sinclair. A l’époque et pour reprendre les termes usités par Catherine Nayl, directrice générale adjointe de l’Information du groupe TF1 lors du point presse du 20 mai, il s’agissait déjà de « faire bouger les lignes et casser les codes » d’émissions politiques devenues au fil du temps par trop prévisibles, formatées à l’excès et souvent ennuyeuses. Pour autant, le nouveau format dévoilé en présence de Gilles Bouleau qui en sera l’animateur et Christophe Jakubyszyn, chef du service politique de TF1, n’entend pas être une resucée dépoussiérée des précédentes émissions politiques de la chaîne mais vise clairement à proposer une approche éditoriale innovante et digitalisée où les invités politiques doivent sortir de leur zone de confort et des discours convenus. Pari atteignable ?

Redonner de la vie au politique

Photo Romuald Meigneux Sipa

Photo Romuald Meigneux Sipa

D’emblée, le ton de « Vie Politique » est donné par Catherine Nayl qui parler de « réveiller la curiosité des téléspectateurs pour la politique car celle-ci forge les décisions sur leur quotidien ». A onze mois du coup d’envoi du 1er tour de scrutin de l’élection présidentielle de 2017, la barre éditoriale est placée haut par TF1 qui débarque de surcroît dans un segment médiatique où l’offre est déjà abondante chez les concurrents télévisuels, les stations de radio et même les sites d’information en ligne qui proposent des plateaux débats politiques. Le défi ne semble pas effrayer Gilles Bouleau (photo ci-contre) qui relève un paradoxe où selon lui, « Vie Politique » peut précisément trouver sa place et son audience : « Mes confrères étrangers en poste en France sont tous frappés par le goût des Français pour le débat politique qui contraste dans le même temps avec le discrédit ou le désamour dont souffre la parole des politiques. Cette situation n’est pas inéluctable. On doit pouvoir sortir du « discours sur pattes » pour se glisser dans les interstices et comprendre pourquoi tel politique porte ce discours ».

Programmé le dimanche de 19h à 20h mais sans récurrence fixe dans la grille des programmes, le nouveau magazine politique ne veut pas s’astreindre à une routine éditoriale. D’ici l’été, deux numéros aux dates exactes encore inconnues devraient seulement être diffusés avec comme premier invité, Alain Juppé, l’homme qui s’affirme pour l’instant comme le favori des futures primaires visant à désigner le candidat des Républicains. Pour le trio de TF1 réuni lors de ce point presse, ce rythme flexible de diffusion offre en effet une plus grande latitude journalistique pour ne programmer « Vie Politique » qu’avec des personnalités politiques de premier plan faisant réellement l’actualité et ne plus s’astreindre ainsi à figer dans une case un rendez-vous qui au contraire, doit constituer à chaque fois un événement. Pour Christophe Jakubyszyn qui anime par ailleurs « Bureau Politique » sur LCI qui a en partie nourri la réflexion autour de « Vie Politique », l’enjeu est véritablement de « garder le fond sérieux d’une émission politique tout en revisitant le genre mais sans aller jusqu’à l’infotainment ». D’où cette volonté de mettre à l’antenne l’émission lorsque l’actualité le requiert.

Des séquences et du rythme pour titiller la parole

TF1 VP - Bureau Alain JuppéD’une durée totale de 60 minutes et diffusé en direct, « Vie Politique » se veut construit selon un séquençage très précis. Les trois premières séquences de l’émission s’attacheront ainsi à mieux cerner la personnalité de l’invité du moment en s’intéressant notamment à ses cercles d’appartenance, ses expériences fondatrices et la trajectoire qui l’ont conduit aux idées qu’il porte et défend aujourd’hui. Une des séquences s’immiscera par ailleurs dans le bureau même de l’invité pour y déceler des photos, des objets, des livres qui peuvent révéler un aspect moins connu de l’interviewé. L’idée n’étant pas pour autant de tomber dans l’introspection voyeuriste mais juste révéler un trait de caractère, un épisode de vie ou un lien particulier avec une figure de la société. Enfin, une étude en partenariat avec l’institut de sondages Sofres viendra éclairer le ressenti des Français à l’égard de la personnalité sur le grill de « Vie Politique ».

Après l’homme ou la femme, les deux séquences suivantes enchaîneront sur les idées portées à travers deux thématiques d’importance pour lesquels l’invité sera à chaque fois confronté à un expert issu de la société civile et reconnu pour sa légitimité et son acuité sur le sujet donné. Là encore, pas question de « provoquer un choc thermique » selon les termes de Gilles Bouleau mais plutôt un débat contradictoire pédagogique qui permet au téléspectateur de creuser sa réflexion envers l’acteur politique présent sur le plateau de « Vie Politique ». Le tout étant soutenu par une réalisation, des cadrages et des décors à l’aune de cette tonalité nouvelle que le programme de TF1 ambitionne de véhiculer à l’écran.

La politique en mode double écran

TF1 VP - MyTF1NEWSDans son approche éditoriale de « Vie Politique », TF1 a souhaité instiller un prolongement digital de l’expérience du téléspectateur. Si d’aucuns peuvent estimer le couplage antenne/réseaux sociaux encore timide, il n’en demeure pas moins que l’émission pousse un cran plus loin que les désormais classiques hashtags sur Twitter où un journaliste préposé sélectionne en direct des questions et des réactions. Le fameux bureau dévoilé durant le programme peut notamment être visité à nouveau en ligne par les internautes en mode 360 sur le site MYTF1news.fr. Un site qui constitue une brique éditoriale en soi puisqu’il proposera également dans la foulée de la diffusion, des bonus informationnels comme des données complémentaires de l’étude Sofres ou celles extraites des pages Facebook de TF1 et TF1 le JT où les réactions des internautes seront passées au crible et analysées.

Autre pan digital exploré par « Vie Politique » : le recours à l’application Facebook Live pour partager en direct le flux vidéo de l’émission et recueillir ainsi des questions de téléspectateurs qui viendront nourrir une séquence spécifique de questions-réponses avec l’invité. Séquence qui sera ensuite mise à disposition sur le site de MYTF1news.fr et qui a le don d’enthousiasmer par avance Gilles Bouleau : « Nous l’avions déjà testé lors d’une émission spéciale avec François Hollande. Les spectateurs ont su reformuler certaines de mes questions et obtenir des réponses plus développées ! ».

Alors on regarde ou on zappe ?

Une chose est certaine. Les trois intervenants de TF1 ont su aiguiser l’appétit. S’inspirant des « late shows » à l’américaine et des talk-shows scandinaves où l’invité est confronté à quelques surprises et s’appuyant sur un prometteur relais digital, « Vie Politique » marque une réelle avancée éditoriale en matière d’émissions politiques. Lesquelles ont souvent tendance à ronronner et sont devenues trop fréquemment le paradis de la potion aseptisée des « spin doctors » administrée à leurs poulains politiques. La promesse d’assister à un programme qui bouscule les conventions, est bien là. Il reste désormais à convertir et convaincre l’audience de suivre. A cet égard, le premier exercice avec Alain Juppé sera édifiant. Brillant et chevronné, l’homme n’est pas pour autant le plus facile à interviewer ou à percer. Pour s’en convaincre, il suffit de lire « Quelques minutes de vérité », le dernier livre de la journaliste du Point, Anna Cabana. Elle y évoque notamment un Alain Juppé agacé qu’on puisse lever le voile sur certains pans de sa personne. « Vie Politique » réussira-t-il ? Rendez-vous d’ici quelques semaines !



3 commentaires sur “Avec « Vie politique », TF1 ambitionne de revisiter le concept des émissions politiques

  1. edouard  - 

    ce dimanche 11 septembre débats avec Marine lepen,un intervenant pseudo économiste qui assure du pleine emploi en Allemagne et en hollande??? Ce clown devrait ce renseigné avant de raconter des imbécillités,en allemagne il ni a surement pas le pleine emploi,certain allemand doivent accepté de travaillé pour moins de 5 euros de l’heure et si ils refusent ils n’ont plus droit au aide de logement et autre,dans aucun pays de l’europe le pleine emploi ni est au contraire la pauvreté grandit de plus en plus.Quand a la main d’oeuvre des pays de l’est qui ne sont pas payé avec nos barème,ne payent pas les lois social,ni les taxes et impôts grâce a votre europe,beaucoup d’entreprise du bâtiment son en faillite ou vont l’être,sauf bien sur les gros voleurs de patrons ayant comme collaborateur des pourris du gouvernement pour couvrir leur magouille avec les sous traitant de l’est.

Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.