Découvrez GOV, l’application sociale des citoyens pour noter les dirigeants politiques en temps réel

Et si vous notiez au quotidien les prestations des principales figures de la vie politique française ? Et si vous-même vous lanciez le débat sur des sujets politiques et sociétaux qui vous tiennent à cœur ? C’est sur cette promesse interactive que vient de se lancer GOV, une très originale application sociale mobile disponible sur l’AppStore et Google Play. Objectif de ses concepteurs : faire entendre les voix qui n’ont pas toujours voix au chapitre !

D’emblée, GOV affiche la couleur dans son pitch de lancement : « révolutionner l’expression politique en France ». Partant du constat que les citoyens restent passionnés par la politique, à défaut de l’être envers celles et ceux qui l’incarnent, GOV entend donner la parole à ceux que les instituts de sondage ne sollicitent jamais, ceux qui n’ont pas le temps de descendre dans la rue mais qui ont des choses à dire et qui ne veulent pas se contenter d’un bulletin glissé ponctuellement dans les urnes.

Vers un 6ème pouvoir ?

GOV - Logo communicationCette démarche unique en son genre est le fruit une rencontre entre deux personnalités au background professionnel et politique très différent mais au final particulièrement complémentaire. D’un côté, on trouve Pierre-Alexandre Teulié, ancien conseiller de Christine Lagarde à Bercy, ancien secrétaire général de Carrefour et aujourd’hui à la tête de son cabinet de conseil en développement durable Sustain*Able. De l’autre, on trouve Bobby Demri, jeune entrepreneur du Web, passionné de politique et témoin direct de la révolution tunisienne et du rôle exercé par les médias sociaux.

Les deux hommes ont convergé autour de l’idée qu’il fallait relancer autrement les débats de société à l’heure des médias sociaux et de l’expression numérique. Ce qui les a conduits à concevoir GOV, une application sociale à la fois ludique et interactive pour constituer un nouveau moteur d’opinion au-delà des traditionnels sondages et des panels récurrents. Pierre-Alexandre Teulié explique (1) : « GOV entend permettre à tous de se réapproprier le débat politique en offrant la possibilité de créer ses propres sondages. Ainsi, ceux qui considèrent que la politique est une chose importante dont ils sont exclus peuvent vraiment faire entendre leur voix et réagir sur des sujets qui comptent vraiment ».

Un bonus-malus de la scène politique

GOV - capture HollandeLe principe de fonctionnement de l’application GOV est extrêmement simple et fluide. Il suffit de télécharger celle-ci sur l’AppStore ou Google Play, de créer son profil en s’identifiant via Facebook et de commencer à interagir chaque jour en tant que « Gover » à travers deux options.

La première consiste à attribuer des « + » ou des « -» à une sélection de personnalités politiques qui évaluera ensuite au gré de l’actualité. Chacun peut ainsi décerner ses points en fonction de ses convictions personnelles, de son appréciation des déclarations et des actions des uns et des autres.

En temps réel, il peut ensuite visualiser le score et la tendance haussière ou baissière de chaque acteur politique sur une semaine, un mois ou une année.

Un petit coup de sonde effectué lors de la rédaction de ce billet montre que François Hollande est décidément en délicatesse avec l’opinion avec déjà 173 GOV négatifs et 44 GOV positifs. De même pour Jean-François Copé qui enregistre 27 GOV négatifs et 17 GOV positifs. A contrario, Alain Juppé est très populaire avec 112 GOV positifs et 9 GOV négatifs.

Et si on effectue un rapide point à date entre les deux candidates à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet décroche 173 GOV positifs contre 68 GOV négatifs tandis qu’Anne Hidalgo intéresse moins et jouit d’un ratio inverse : 11 positifs contre 26 négatifs.

Réagir sur l’actualité

GOV - capture questionLa seconde option proposée par GOV permet à chaque personne inscrite de lancer des questions sur des thèmes actuellement débattus (ou pas !) dans les médias et les bancs des assemblées représentatives du pays.

En ce mercredi 4 novembre, trois sujets émergent nettement du lot : la pénalisation des clients des prostituées (312 négatifs et 123 positifs), la réforme fiscale pour diminuer les impôts en 2014 (286 positifs et 12 négatifs) et l’interdiction des parachutes dorés des grands patrons (191 positifs et 95 négatifs).

Chaque Gover dispose au départ d’un quota de 10 votes de son choix. Il peut ensuite recharger son compte en partageant son opinion sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) et/ou grâce à son assiduité pendant 8 jours ininterrompus de votes. L’idée au final étant de faire grandir la communauté et de constituer un nouveau baromètre d’opinion typiquement 2.0 où le sentiment citoyen se reflète en temps réel.

A la question sur le risque d’encourager un éventuel populisme ou des messages haineux via cette application d’expression libre, Pierre-Antoine Teulié est catégorique (2) : « Nous modérons et interdisons tous les sujets relevant de l’incitation à la haine quelle qu’elle soit. Ensuite, il ne s’agit pour autant d’éluder les sujets qui fâchent ou les questions qui dérangent. Cette application sociale veut précisément procurer une image instantanée des préoccupations réelles de la communauté des Govers. Cela permet d’enrichir le débat et faire entendre des voix qui ne sont pas toujours prises en compte ailleurs ». Alors, à vos GOV !

Sources

(1) – Entretien avec le Blog du Communicant – 3 décembre 2013
(2) – Ibid.

24 commentaires sur “Découvrez GOV, l’application sociale des citoyens pour noter les dirigeants politiques en temps réel

  1. DEMOULIN Rémy -

    comme dit freeboy au début : il faut un compte Facebook. C’est un barrage pour qui refuse cet intermédiaire américain qui compile ce qui ne le regarde pas.

  2. Freeboy -

    Bonjour,
    Cette application m’aurait grandement intéressé mais en allant sur le PlayStore pour la télécharger j’ai vu grâce aux commentaires qu’il fallait un compte Facebook. Comme je ne veux pas créer un tel compte je ne peux pas utiliser cette application.

  3. Henri -

    S’il vous plaît, je tiens vraiment a ce que mes commentaires soient supprimé. Ils sont a caractère diffamatoire et publicitaire. Et ne sont pas fondés sur des preuves assez concrètes. Merci

  4. Henri -

    Concept volé a un réseaux social qui va bientôt voir le jour!! Wesumone
    Le réseaux social aura un impact bien plus gros, de plus le contenu sera bien plus avancé (car GOV a été fait a la va vite sur une idée déjà en développement)

    Le réseau social ce nomme Wesumone, pré inscrivez vous!

      1. Henri -

        Je constate juste que le projet de wesumone est en développement depuis environs 1 ans et que cette application sort comme par hasard juste avant le lancement du site internet.

        1. Olivier Cimelière -

          A nouveau je vous laisse responsable de vos propos. Une coïncidence de timing ne suffit pas à établir une preuve irréfutable. Il existe plein d’autres gens travaillant sur les mêmes concepts sans qu’il y ait vol pour autant. Sauf à détenir des éléments solides de votre côté, cela reste pour moi à ce stde des allégations sans fondement réel

  5. MarkLeNet -

    Ha! J’ai trouvé pourquoi je ne trouve pas le site : c’est une appli.
    Dans l’article où j’ai découvert cette « plateforme » (sic), c’était tout simplement omis : aucun lien, pas de mention d’un medium quelconque. (http://frenchweb.fr/la-startup-du-jour-gov-plateforme-dexpression-pour-les-citoyens/134865) Juste une évocation :
    « Q>FW : Très simplement, comment gagnez-vous de l’argent ?
    R>GOV est une application gratuite et sans publicité ; elle vise simplement à offrir à tous ceux qui veulent s’investir dans le débat public, la possibilité de s’exprimer et de proposer des solutions. Plus les utilisateurs seront nombreux, plus leur voix sera puissante. »
    Bon, faut peut-être rappeler que « application », c’est pas spécifique aux smartphones : les applications ça existe depuis plus de 30 ans.
    « Ben oui mais c’est une start-up ! » me dira-t-on ? Justement, aujourd’hui pour se faire connaître, mieux vaut avoir un site. Même s’il n’a que deux liens, vers l’AppStore et Google Play. Et de plus, cela interdit l’accès à ceux qui n’ont ni iTruc ni Android. Pas très démocratique !
    Encore moins démocratique : devoir avoir un compte facebook. Ils sont déjà en train d’essayer de phagocyter l’internet comme Microsoft et CompuServe l’avaient tenté : faut-il les y aider ? Franchement, non.
    Si encore on avait le choix avec d’autres « réseaux sociaux » comme LinkedIn, Viadeo, Twitter, Disqus, Pinterest et j’en passe. Ou tout simplement avec un compte mail (double opt-in) ou login/password couplé à l’iccid/imei (histoire de freiner les tricheurs) !

    Mais bon, un medium de plus pour se faire entendre, c’est toujours une bonne chose ! Alors profitons de ce nouveau moyen pour nous faire entendre par les media qui trop souvent ne répètent que ce qui est déjà dit, et laissent sous une chape de plomb les majorités silencieuses.

    Pour se faire entendre, un seul moyen : l’ouvrir ! Merci à GOV de nous fournir un moyen supplémentaire.

    M.

  6. FREDERIC -

    Toutes mes félicitations pour cette heureuse initiative qui mérite d’être (re)connue
    Je vais m’employer à cela
    Longue vie au « 6ème Pouvoir »… Nous en avons besoin !

  7. Tom -

    Bonjour,
    Est ce qu’il serait possible d’avoir le mail d’un des créateurs de l’application en privé ? Je pense à certaines améliorations qu’ils pourraient facilement apporter.
    Merci

      1. CARBONNIER -

        Bonjour,

        Dans le cadre de mes études, je souhaite contacter un responsable de l’application GOV.
        Est-il possible d’obtenir un contact ?

        Cordialement,
        Sébastien

  8. Charles Barth -

    Il a été montré à de multiples reprises que pour un informaticien un peu futé il est extrêmement facile de manipuler ce genre d’application. Il suffit d’avoir à sa disposition un réseau avec de nombreuses adresses ip et on obtiendra le résultat voulu.

    1. Olivier Cimelière -

      Bonjour Charles
      Je suppose que vous faites référence à l’opération d’astroturfing dont a été victime le sondage en ligne de France 3 récemment (http://www.pcinpact.com/news/84687-14h42-hack-dun-sondage-france-3-a-astroturfing.htm?utm_source=PCi_RSS_Feed&utm_medium=news&utm_campaign=pcinpact)
      Concernant l’application, les risques sont plus limités du fait d’un crédit réduit à 10 votes par jour et sous réserve d’être actif pour recharger. Ensuite, nulle appli n’est inviolable ; c’est un fait mais ce n’est pas aussi chose facile et concerne d’abord une population experte en hacking et autres manips IT

  9. Sebastien -

    Vu le nombre de connecté à l’application, la révolution numérique avec GOV, c’est pas pour tout de suite. L’appli est toutefois bien faite, le concept de donner 10 voix par jour totalement absurde.
    Et on note que l’appli est légèrement orienté à gauche. C’est bien la première fois depuis un an qu’on voit hollande à plus de 30 % !!! #GOVLOL

    1. Olivier Cimelière -

      Bonjour Sébastien
      Merci pour votre commentaire ! Vous êtes un peu dur à propos du nombre de connectés sur l’appli GOV. Celle-ci vient d’être lancée depuis seulement 24 heures. Laissez-lui un peu de temps pour qu’elle s’installe et trouve son public !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.