4ème édition des Napoléons à Arles : La simplicité est-elle encore une option viable dans un monde de complexité ? Un débat à ne pas manquer !

A longueur de temps et de buzz médiatique, grandes entreprises comme start-ups, créateurs comme ingénieurs ou encore décideurs comme intellectuels vantent l’innovation comme vecteur prometteur d’un monde plus simple au service de l’humain. Paradoxalement, jamais les esprits n’ont été autant tiraillés entre curiosité d’explorer ces nouvelles frontières technologiques et sociétales et envie d’appuyer sur le frein nostalgique d’une époque révolue qui aurait été mieux. Il est vrai que l’accélération phénoménale des changements induits par la connectivité digitale de nos sociétés a fondamentalement brouillé les repères en l’espace de très peu de temps. Est-ce vers plus de complexité où l’homme risque d’être dépassé par l’intelligence artificielle ou est-ce vers au contraire plus de simplicité où l’homme pourra se focaliser sur l’essentiel ? La 4ème édition des Napoléons a constitué un plateau inédit du 20 au 23 juillet 2016 à Arles pour en débattre et échanger regards et expériences de personnalités de divers horizons.

Près de 300 professionnels issus de l’industrie des communications (technos numériques, mobilité & transport, télécoms, médias, marketing et communication, contenus), de la création (art, culture, design, architecture…) et d’infrastructures financières et institutionnelles (dirigeants d’entreprise, institutions culturelles, décideurs politiques, acteurs de l’économie et de la finance, investisseurs) vont se retrouver pendant 3 jours au cœur de l’antique cité méditerranéenne d’Arles pour réfléchir collectivement autour du fil d’Ariane thématique que les Napoléons version 4 ont élu : la simplicité. Le vocable peut effectivement surprendre à l’heure où le monde contemporain peine encore à trouver ses marques entre une globalisation digitale des activités humaines, un chamboulement des schémas socio-économiques qui ont longtemps régi la planète (une ubérisation diraient d’aucuns !) et une technologisation accrue du quotidien où les robots ne sont désormais plus des personnages de romans d’anticipation.

Peut-on encore faire simple quand tout devient compliqué ?

Napo Arles - simplicityLe monde contemporain évolue dans un oxymore qui n’a pas fini de faire couler l’encre. Si les progrès technologiques et les échanges entre cultures et sociétés n’ont jamais été aussi intenses dans toute l’Histoire de l’humanité, nombreux sont celles et ceux qui pourtant se sentent décontenancés, voire perdus ou perplexes devant les disruptions permanentes et dynamiques des sociétés. Avec la transformation digitale comme cheville ouvrière sans arrêt à la manœuvre.

Entre la génération des « baby boomers » et celle qualifiée de « Y », c’est parfois par exemple un océan d’incompréhension où ce qui apparaissait autrefois simple à transmettre, est soudainement devenu compliqué ou indéchiffrable à faire se rejoindre. Dans ce contexte, parler de « Simplicité » pourra peut-être s’apparenter à une provocation intellectuelle ou une chimère (c’est selon) mais c’est cependant l’audacieux pari qu’entendent relever les Napoléons, premier réseau social physique et numérique créé en 2015 par Mondher Abdenadher et Olivier Mouliérac. Comme à chacune de leurs éditions, ils mixent plusieurs jours durant des acteurs de secteurs d’activités multiples autour d’un thème central fédérateur.

Un plateau riche en réflexions

Napo Arles - logo 2016Du 20 au 23 juillet, il sera donc question de simplicité sur des questions aussi cruciales que les rapports entre grandes entreprises séculaires et start-ups trublionnes, les nouveaux enjeux de la mobilité pour simplifier la vie des urbains et des ruraux ou encore l’évolution du langage qui d’écrit devient visuel et augmenté avec l’insertion croissante de photos, de vidéos ou encore d’émoticônes. A première vue, ce foisonnement peut sembler au contraire source de complexité. L’ambition des Napoléons est précisément de démontrer le contraire à travers diverses tables rondes où des intervenants viendront démontrer que derrière une apparente complexification, réside une simplification des usages et des pratiques. Qu’il s’agisse de création artistique, de stimulation financière ou d’innovation technologique, la simplicité est souvent vecteur d’efficacité et au final d’adoption réussie.

Pour appuyer ces regards croisés qui s’annoncent riches, de grands témoins viendront également faire part de leurs regards experts, décalés, iconoclastes ou tout cela à la fois ! C’est ainsi que la 4ème édition accueillera Matthew B. Crawford, écrivain, philosophe … et réparateur de motos ou encore Gillian Ferrabee, directrice du Creative Lab du Cirque du Soleil qui hybride les disciplines pour donner naissance à des spectacles novateurs. Le monde de l’entreprise sera enfin bien représenté avec des personnalités brillantes comme Dominique Delport, global managing director d’Havas Media Group & président de Vivendi Contents, Corinne Vigreux, cofondatrice de Tom Tom, Mathieu Lehanneur, designer qui conçoit des objets de mieux-être, Yasushi Kusume, innovation & creative manager d’Ikea et Julien Villeret, directeur de la communication groupe d’EDF. Et si la diversité était justement source de simplicité ? Pour le savoir, inscrivez-vous vite au réseau des Napoléons qui compte déjà 1500 membres actifs et venez à Arles !



Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.