[Coup de Gueule] – Communicants, il faut stopper le soldat Hanouna !

Sur Cyril Hanouna, tout a été dit ou écrit depuis qu’il sévit à la télévision avec ses émissions toutes plus racoleuses les unes que l’autre. Et pourtant, il n’en finit jamais de repousser les frontières de l’immondice et du crapoteux. Particulièrement depuis ces dernières semaines où le bousier cathodique touille et roule avec une évidente délectation populiste, les faits divers les plus sordides et les effluves les plus racistes. Il est urgent que les communicants établissent un cordon sanitaire et cessent d’envoyer leurs dirigeants sur le plateau de ce triste sire, ivre de lui-même et dangereux pour la cohérence sociétale.

Le 10 novembre dernier, le jeune député de la France Insoumise, Louis Boyard, s’est ainsi fait atomiser par un Cyril Hanouna hystérique. L’élu n’est pourtant ni un inconnu, ni un novice peu rompu aux arcanes de la tambouille hanounesque puisqu’il fut un temps chroniqueur du démiurge de C8. Pourtant, pendant près de 10 minutes, celui qui aime bien par ailleurs jouer la provoc sur les bancs de l’Assemblée nationale, s’est fait ventiler et disperser façon puzzle par le nouveau tonton flingueur qu’entend être Hanouna. Les noms d’oiseaux ont volé en escadrilles serrées. Le boss se la jouait tour à tour cinglant puis magnanime puis injurieux puis menaçant. Sans parler des éructations en pâmoison des nervis à la Gilles Verdez, une pile électrique sans cervelle branchée sur le 220 V et toujours prompte à crier à la vindicte à tout propos.

Triste clown des temps obscurs

Ce passage sulfureux est un bon condensé de ce que Cyril Hanouna déverse à longueur de temps sur les écrans de C8. Qu’il s’agisse de son émission politique « Face à Baba » ou de son talk-show débraillé « Touche Pas à Mon Poste » (plus connu sous l’acronyme TPMP), l’impétrant règne comme un conducator inflexible et sûr de lui. Metteur en scène de lui-même en permanence, il s’érige souvent en représentant du peuple (crédibilité maximale pour un type qui a touché 250 millions d’euros de son patron Vincent Bolloré), convaincu qu’il a l’oreille et le chèque en blanc de tous les Français pour être leur porte-parole. Et histoire d’achever de convaincre, il fait systématiquement référence à sa famille et ses proches, incontestables estampilles de son authenticité et de son rapport au réel.

De temps à autre, il élève la voix et change de ton pour se muer en juge assénant les sentences au mépris du Droit, en tribun s’écoutant parler et en se kiffant comme un sale gosse, en arbitre immaculé distribuant des cartons jaunes et rouges à qui de droit, du haut de son perchoir médiatique cacophonique. Chez Hanouna, la recette est invariable. Des colères, des cris, des larmes, des clashs, des gueulantes, des insultes mais surtout pas de débat charpenté et d’arguments nuancés et factuels. Il faut que ça sue et ça saigne entre les chroniqueurs et avec les invités. Il faut du gros rouge qui tache en version paillettes et sunlights. Pour pouvoir ensuite se fendre d’un petit tweet onaniste annonçant que les scores d’audience ont encore été pétés. Comme le 21 octobre dernier en surfant comme un charognard sur l’affaire Lola devant 2 millions de téléspectateurs et avec 9,2 % de parts de marché en dernière partie d’émission.

Ici était la vidéo de 10 minutes de l’échange entre Boyer et Hanouna qui a depuis été supprimée de mon blog grâce à l’intervention de la société Leak ID (probablement commanditée par Baba, soucieux d’effacer ses traces d’insultes et de pétage de plomb)

Devant cette fantasia télévisuelle pétaradante, nombreux sont les assoiffés d’écho médiatique à gratter à la porte de TPMP. Avec des prétextes plus ou moins fallacieux pour justifier l’envie d’en découdre comme « il faut parler aux gens qui regardent Hanouna et les toucher là où ils sont ». Comme si les dits gens ne pouvaient pas être approchés par d’autres moyens que celui d’un bouffon gonflé au buzz permanent. Se rendre sur le plateau d’Hanouna, c’est contribuer à la persistance d’un leurre erratique et explosif.

Le récent « Face à Baba » qui accueillait le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en atteste précisément. Pour l’invité, c’est toujours carnage assuré. Tout simplement parce que l’objet intrinsèque même de ces programmes, n’est pas d’instaurer un débat (même musclé et offensif) mais uniquement de déclencher un tir aux pigeons (dans la double acception du terme) en rameutant dans les gradins, le bon vieux retraité droit dans ses chaussons et sa vieille France rancie, le franchouillard aux idées courtes mais à la haine longue et désignée, le complotiste ancien journaliste capable de beugler accusations gratuites et fantasmes délirants et la liste est loin d’être close.

Pour s’en convaincre, il suffit de lire les litanies sans fin de tweets enflammés qui s’esclaffaient de voir Louis Boyard pulvérisé par le gourou bling-bling. Et de vite comprendre que cette frange du public suinte la peur de l’avenir, la détestation de l’autre (surtout s’il est basané), la nostalgie poisseuse d’un Eric Zemmour, l’antisystème exacerbé. Qu’est-il donc besoin de continuer à se rendre chez Hanouna, ce coprophage de l’information qui libère les remugles et les sujets les plus pestilentiels sans jamais chercher à apporter de la cohérence, de la pondération, de l’explication. Non, ce monsieur préfère jouer les matadors, prononcer des peines judiciaires en plateau pour flatter les narines du bon peuple, du moins selon sa définition toute personnelle et égotique.

#BoycottTPMP

Que les communicants, notamment ceux en charge des agendas des figures politiques, cessent d’inclure TPMP et sa quincaillerie dans leurs agendas. De même pour les avocats qui s’imaginent benoîtement pouvoir s’exprimer en toute clarté alors qu’Hanouna et ses sbires ont déjà distribué le casting. Il faut clairement et durablement boycotter ces émissions. Il faut laisser Baba le Barbare comme l’a superbement dénommé l’humoriste Sophia Aram, chauffer à blanc son barnum de chroniqueurs sans intérêt et souvent sans culture de la vraie information. Qu’on arrête de jouer les idiots utiles pour permettre à cet agité cathodique de se remplir les poches et de distiller des sentiments mortifères et délétères.

A cet égard, il serait souhaitable que l’instance de régulation des médias audiovisuels, l’Arcom, s’active nettement plus face aux déviances répétées de Cyril Hanouna. L’autorité a bien ouvert une instruction le 27 octobre après les propos de Cyril Hanouna dans son émission « Touche Pas A Mon Poste » à propos de l’affaire Lola. Mais combien de sanctions pécuniaires ont-elles été vraiment appliquées au bout de compte ? Il est inconcevable de laisser pérorer en mode free-style, un type qui joue sciemment avec les allumettes argumentaires de l’extrême-droite. Si, au nom de la liberté d’expression, il n’est pas entendable d’interdire la diffusion de ces programmes vénéneux, qu’on établisse au moins un cordon sanitaire en ignorant définitivement les invitations de TPMP devenue « Trop Près de Ma Poubelle ».

A voir par ailleurs

Emission de Mediapart – « A l’Air Libre » – 25 octobre 2022



2 commentaires sur “[Coup de Gueule] – Communicants, il faut stopper le soldat Hanouna !

  1. Agnès  - 

    Ce que je pense,vous l’exprimez encore mieux, jamais je ne regarde cette émission,les reprises Twitter suffisent, cet animateur est un manipulateur d’émotions ,il fait et défait tous les sujets en 5 minutes, son trop d’exclusivité contrôlée reflète une froideur interne ne servant que ses avantages pécuniaires,

Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.