#JeSuisCharlie : Quelques enseignements à retenir de cette viralité inouïe

A peine l’immonde carnage était-il commis contre le journal Charlie Hebdo qu’un cri de ralliement a spontanément émergé sur Twitter pour s’imposer pendant 3 jours comme l’emblème d’une émotion collective tout en signifiant la solidarité planétaire autour de la liberté d’expression. S’il est encore trop tôt pour formuler des analyses de fond sur cet élan digital incroyable, une chose est certaine : les réseaux sociaux sont devenus la place du village mondial prophétisé par Marshall McLuhan. Premiers constats.

Dans la jeune histoire de Twitter (né en 2006, faut-il le rappeler), le hashtag #JeSuisCharlie constituera désormais une date marquante. En l’espace de quelques heures seulement, le cri de ralliement et de soutien aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo s’est propagé sans discontinuer dans le monde entier. De fuseau horaire en fuseau horaire, les trois mots ont inondé la Toile pour ponctuer les tweets funèbres, rageurs, solidaires ou mobilisés des internautes émus par le drame inacceptable décimant aveuglément la rédaction de l’hebdomadaire satirique, les rangs de la police et des employés innocents. Vingt-quatre heures après le coup d’envoi du hashtag, Twitter France annonçait que ce dernier avait atteint le seuil de 3,4 millions de mentions (1). Avec un pic magistral de 6500 tweets à la minute enregistré lors du rassemblement hommage sur la place de la République au soir de la tragédie survenue en fin de matinée. Quels sont les points essentiels à retenir de ce raz-de-marée ?

L’irrésistible sobriété du message

JSC - Tweet originelIl a suffi de trois mots simples et une couleur à assembler pour que Joachim Roncin lance sans le savoir un irrésistible message que toute la planète des socionautes reprendra ensuite en chœur. Directeur artistique et journaliste musique au magazine gratuit Stylist, l’auteur le confie lui-même. C’est la spontanéité qui l’a guidé (2) : « Je n’avais pas beaucoup de mots pour exprimer toute ma peine et j’ai juste eu cette idée de faire « Je suis Charlie » parce que notamment, je lis beaucoup avec mon fils le livre « Où est Charlie », ça m’est venu assez naturellement ».

S’inspirant de la typographie si caractéristique de la têtière du journal, le bandeau et ses trois mots sobres ont immédiatement fait mouche grâce à cette facilité pour quiconque à s’approprier la formule. A cet égard, on retrouve les ingrédients similaires qui avaient conduit l’opération Ice Bucket Challenge au succès planétaire : la simplicité du message véhiculé qui favorise l’identification et l’adoption, l’impact visuel fort où le noir du deuil prédomine et traduit bien l’émotion du moment et enfin l’idiosyncrasie de l’ensemble qui autorise toutes les déclinaisons. Et de déclinaisons, il ne va effectivement pas en manquer. On ne compte plus le nombre de fois où le visuel a été affiché en profil sur les réseaux sociaux, scotché sur les vitres des bureaux ou brandi collectivement dans des clichés. C’est d’ailleurs ce même dépouillement sémantique qui favorisera la reprise du message par des non-francophones, voire la traduction littérale dans d’autres langues.

L’emballement toujours par les influenceurs

JSC - viralitéLà encore, #JeSuisCharlie présente des similitudes avec l’Ice Bucket Challenge dans la mécanique d’emballement qui s’est enclenchée dès que Joachim Roncin a partagé son message. Ce sont d’abord des journalistes qui lui confèrent un premier écho avant que le hashtag ne soit repris par des personnalités très suivies sur les réseaux sociaux comme par exemple le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron qui tweete à ses 44 500 followers : « Horrifié. Sans voix. Toutes mes pensées pour les victimes et leurs proches. #JeSuisCharlie». Par comparaison et du fait de sa communauté d’abonnés nettement moindres (5890 à l’heure actuelle), le directeur artistique obtient « juste » 3200 retweets. Le créateur aura donc été largement dépassé par sa création. Mais qu’importe. Comme il dit humblement quelques heures plus tard sur son compte Twitter tout en mettant même à disposition le fichier informatique de sa création graphique : « Merci à tous pour vos messages j’espère sincèrement que ça va servir à quelque chose ».

Force est en tout cas de reconnaître que sans l’intervention d’influenceurs renommés, le message n’aurait probablement pas connu un tel taux d’adoption enflammée. Pour s’en convaincre, il suffit de se remémorer une autre initiative digitale virale du nom de « Bring Back Our Girls » suite à l’enlèvement d’une centaine de fillettes au Nigeria par la secte islamiste Boko Haram. Le slogan choisi pour dénoncer l’acte horrible avait les mêmes caractéristiques que #JeSuisCharlie. Il a connu le même emballement à partir du moment où la First Lady américaine Michelle Obama a son répercuté l’appel. Pour qui fréquente les réseaux sociaux régulièrement et Twitter en particulier, il fleurit chaque jour des hashtags thématiques. Même s’ils se glissent parfois dans les « trending topics », ils se volatilisent généralement au bout de quelques heures, faute d’avoir accroché l’attention de quelques influenceurs susceptibles d’activer véritablement les braises digitales d’un buzz.

Les éternelles limites des hashtags

JSC - KouachiSi globalement #JeSuisCharlie a fait l’objet d’une exploitation digne avec notamment l’insertion du visuel sur les couvertures des médias du monde entier, sur des affiches urbaines ou encore sur les pages d’accueil de grands sites Web, certains se sont égarés dans des dérives plus ou moins acceptables. Le cas le plus symptomatique est de toute évidence celui des 3 Suisses qui s’est pris un violent bad buzz en retour pour avoir dévoyé le logo originel de #JeSuisCharlie. D’autres ont cultivé une vision plus mercantile des choses comme le relève l’expert en réputation et blogueur belge Nicolas Vanderbiest. Le community manager du magazine TV TéléStar s’est ainsi adonné sans vergogne au « clickbait » (chasse au clic) en usant et abusant du logo #JeSuisCharlie pour créer du trafic sur son propre site !

L’immense succès populaire du hashtag a malheureusement engendré également des moutures nettement plus contestables comme le fil #JeSuisKouachi (du nom des deux tueurs de Charlie Hebdo) où se sont agrégés à leur tour tous les énergumènes faisant l’apologie des crimes terroristes et autres fadaises sordides. Même si ce hashtag n’a (heureusement) pas eu la même ampleur, il a vilement surfé sur la mécanique virale amorcée par #JeSuisCharlie pour tenter de grappiller des parts de voix sur les médias sociaux.

Enfin, il est à craindre que dans les jours prochains, l’émotion retombant et le cours des choses reprenant, le message de ralliement #JeSuisCharlie ne s’estompe significativement. Il aura pourtant prouvé son utilité au-delà de partager et signifier une émotion collective. Durant les événements, il a constitué un incontournable fil d’actualité permettant à quiconque d’accéder à l’essentiel des informations relatives au drame. En ce sens, Twitter se voit là définitivement consacré comme « le réseau social par excellence en cas de crise » selon les propres mots de Nicolas Vanderbiest. Les médias l’ont d’ailleurs pleinement compris lorsqu’il s’est agi de nourrir les « live » sur leurs sites Web respectifs.

Sources

– (1) – Jean-Sébastien Zanchi – « #JeSuisCharlie, l’un des hashtags les plus populaires de l’histoire de Twitter » – Metro News – 9 janvier 2015
– (2) – « #jesuischarlie, le slogan de la solidarité et de l’émotion sur la Toile » – Le Progrès – 7 janvier 2015

A lire par ailleurs

– Nicolas Vanderbiest – « Analyse de Je suis Charlie sur les réseaux sociaux » – Reputatio Lab – 9 janvier 2015
– Alexandre Sulzer – « Les réseaux sociaux servent-ils à faire l’apologie des attentats ? » – L’Express – 10 janvier 2015
– Leila Lévêque – « Cartographie de la mobilisation du Web autour de Charlie Hebdo » – Culture RP – 12 janvier 2015



2 commentaires sur “#JeSuisCharlie : Quelques enseignements à retenir de cette viralité inouïe

  1. Laurent CALIXTE  - 

    Bonjour Olivier, Bon excellente papier, comme d’hab’ (encore mieux que d’hab’, je dirais) mais j’ai cherché partout une définition « d’idiosyncrasie » qui correspond à ce que vous écrivez et je n’en trouve pas ; d’autant plus qu’apparemment ça signifie « ensemble de particularités spécifiques, uniques », donc du coup je ne vois pas trop comment un ensemble de particularités uniques peut être « déclinable à l’infini »; Est-ce un mot qui a un autre sens dans le mond e de la com’ ? Comment le définissez-vous ? Encore merci pour ce beau billet LC

    1. Olivier Cimelière  - 

      Bonjour Laurent
      Merci pour ce gentil commentaire
      J’aurais certainement dû employé un autre mot que celui « d’idiosyncrasie » ! Je me suis inspiré en fait que l’acceptation du mot en psychologie qui dit en gros : « En psychologie, l’idiosyncrasie est la disposition humaine à ressentir différemment selon les individus, une impression extérieure ou sensorielle » et à s’en emparer ensuite pour exprimer quelque chose ! Ce n’est donc pas vraiment un mot de com’ 🙂 ! Plus faire plus simple, on peut dire que la force d’un concept réside dans sa capacité à résonner auprès de personnes aux cultures et sensibilités différentes et à être adoptée ensuite pour générer un engagement, une action, etc …
      J’espère que ça aide à y voir clair ! Merci Olivier

Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.