3 leçons à retenir du tweetclash entre Xavier Niel & Arnaud Montebourg

Qu’ils l’aient voulu ou pas, Xavier Niel et Arnaud Montebourg ont créé le buzz du moment en se chamaillant par Twitter interposé. Il est fort probable que ce type d’accrochage va se multiplier entre personnalités publiques maniant le gazouillis numérique avec dextérité. Pourquoi pas mais à condition d’intégrer a minima 3 leçons tirés de ce tweetclash médiatique.

Leçon n°1 : Plus rien n’est off

Débat économico-politique live sur Twitter !

Débat économico-politique live sur Twitter !

C’est sans doute la leçon la plus symptomatique de cet épisode querelleur : plus aucune information ne peut se prévaloir d’un « off » totalement hermétique. Xavier Niel ne s’attendait probablement pas à recevoir un tacle aussi brutal de la part d’Arnaud Montebourg en annonçant fièrement qu’il offrait la 4G pour 2€ à ses abonnés. Conséquence : il a dû sortir du bois et répliquer en alignant une série de chiffres censés démonter l’argumentaire ministériel contre le « low cost » et prouver que Free Mobile a contribué à la création de 5 000 emplois depuis qu’il s’est lancé sur le marché. Et de questionner à son tour de manière cinglante le ministre si ce dernier pouvait se prévaloir d’un tel bilan à son niveau ?

Cet échange bref mais intense – dont la twittosphère s’est emparée avec délectation – est clairement révélateur de l’immixtion toujours plus prononcée des réseaux sociaux dans la vie publique et médiatique. Aurait-on pu imaginer il y a encore quelques années de pareilles passes d’armes verbales sur le Web lorsque Xavier Niel ferraillait contre les 3 opérateurs pour tenter de décrocher la 4ème licence de téléphonie mobile ? A l’époque pourtant, les arguments ne manquaient entre les antis et pros mais l’essentiel restait confiné dans les bureaux des différents acteurs. Seuls quelques échos parvenaient de temps à autre dans les pages des journaux. Aujourd’hui, même les débats économico-industriels peuvent se retrouver instantanément exposés par la seule grâce de quelques tweets où l’opinion publique est prise à témoin. Sacré renversement de paradigme qui bouscule les ancestraux schémas de communication corporate !

Leçon n°2 : Tempérer avant de tweetclasher

Les dirigeants vont devoir apprendre à tempérer leurs ardeurs sur Twitter

Les dirigeants vont devoir apprendre à tempérer leurs ardeurs sur Twitter

Dans le cas du tweetclash entre Xavier Niel et Arnaud Montebourg, aucun chiffre sensible n’a été au final révélé. Mais les choses auraient pu tourner nettement plus vinaigre si l’escarmouche était montée en intensité du fait de deux protagonistes voulant à tout prix sortir vainqueur de cette dialectique numérique. L’échauffement des esprits n’épargne personne sur Twitter, un média tellement immédiat qu’il est tentant de décocher une bonne formule, un chiffre assassin ou même une insulte. On ne compte plus les cas de dérapage de personnalités prises au piège de l’emportement discursif avec leur adversaire du moment.

C’est un point que les dirigeants et les personnalités en vue vont pourtant devoir apprendre à maîtriser et à tempérer au risque de lâcher de manière impromptue des informations qui n’ont pas vocation à se retrouver sur la place publique. Ce qui pourrait apparaître comme un simple combat de coqs aux egos affûtés peut parfois avoir des conséquences nettement plus larges que le fond de la dispute elle-même. Pour s’en convaincre, on peut se remémorer l’affrontement sur Twitter en octobre dernier entre l’investisseur activiste Carl Icahn et un dirigeant du fonds d’investissement Pimco. Ce dernier reprochait au premier d’avoir diffusé des informations ayant conduit à la hausse du cours de bourse d’Apple. Là non plus, l’affrontement n’est pas passé inaperçu et a fait momentanément tanguer les cours boursiers autour d’Apple.

Leçon n°3 : L’exemplarité du leader

L'exemple vient d'en haut. Sur Twitter y compris !

L’exemple vient d’en haut. Sur Twitter y compris !

Du tweetclash entre le trublion des télécoms et le ministre du Redressement productif peut être tiré une troisième et dernière leçon plus managériale cette fois : attention à ne pas verser dans la querelle de bac à sable en s’arrosant de tweets rageurs. Twitter est certes un outil de conversation et d’échange mais compte-tenu du statut des deux acteurs et de l’impact de leurs propos, il est essentiel que ceux-ci se comportent en leaders exemplaires même s’ils ont des désaccords de fond sur certains dossiers.

Or, ce n’est pas en 140 caractères qu’un dossier aussi complexe que la politique tarifaire de la 4G peut se traiter. Dans ce genre de ping-pong digital, le risque patent est de tomber dans le raisonnement binaire et un bras-de-fer stérile entre deux personnalités de la vie publique. Si débat il doit y avoir, celui-ci doit alors se dérouler sur d’autres terrains où les leaders n’apparaîtront pas comme des garnements en train de se disputer le bout de gras mais pourront exposer plus concrètement leurs positions. C’est d’autant plus important qu’un leader à tendance cogneur sur Twitter peut alors tacitement encourager certains de ses employés ou partenaires à céder aux mêmes saillies. Après tout si le chef s’autorise des embardées musclées, le reste du management peut se sentir absous de toute limite. Avec toutefois des pièges réputationnels qui sont loin d’être innocents en retour et qui peuvent conduire droit à des bad buzz autrement plus conséquents !



Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.